Vaccin contre la grippe: filières de prise en charge et étonnement du docteur…

Quelques fois, je sors de ma spécialité pour collaborer avec une équipe médicale.  Et ainsi, je me suis penchée sur la vaccination contre la grippe.

Modalités réadaptées chaque année depuis quelque temps, avec arrivée des pharmaciens dans la boucle de la vaccination. En 2018, dans 4 régions tests, en 2019 dans tout le pays, mais pas forcément chez tous les pharmaciens, car ils doivent répondre à des critères stricts pour être agréés à vacciner, et de plus ne peuvent pas vacciner tous les patients souhaitant un vaccin de grippe, comme on le verra ci dessous.

Pharmaciens autorisés à pratiquer l’injection du vaccin anti-grippal

Ils doivent remplir les 3 conditions suivantes :

– être volontaire, inscrit à l’Ordre des pharmaciens et formé. Le pharmacien doit avoir validé une formation DPC conforme aux objectifs pédagogiques définis par un arrêté du 23 avril 2019 ;

– répondre aux conditions techniques fixées par la règlementation (espace de confidentialité) ;

– déclarer l’activité de vaccination à l’agence régionale de santé.

 

Pour le vaccin anti-grippal 2 filières de prise en charge sont proposées aux patients selon leur état de santé.

Je vais tout d’abord vous expliquer ces 2 filières en détail, puis, après je vais vous donner mon impression, et franchement, après avoir regardé en détail ces filières, un point m’a stupéfié, je vous dirai quoi et on verra si vous partagez mon opinion.

Les recommandations vaccinales grippe en 2019 :

FILIÈRE NUMERO 1-  PERSONNES ÉLIGIBLES A LA VACCINATION

Certaines catégories de gens sont dites « éligibles » à la vaccination antigrippale.

Pour simplifier, ce sont les gens assez malades ou fragiles ou susceptibles de contaminer plusieurs autres personnes

Patients et personnes « éligibles » au vaccin grippe

Personnes âgées de 65 ans et plus, ou atteintes de certaines maladies chroniques: Maladies respiratoires, Maladies cardiovasculaires, maladies neurologiques ou neuromusculaires,  Maladies rénales , Maladies hépatiques chroniques avec ou sans cirrhose, Diabètes de type 1 et de type 2,  Drépanocytoses, Déficits immunitaires, pathologies oncologiques et hématologiques, transplantations d’organe et de cellules souches hématopoïétiques, déficits immunitaires héréditaires, maladies inflammatoires et/ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur, personnes infectées par le VIH quels que soient leur âge et leur statut immunovirologique

Femmes enceintes ;

Personnes obèses IMC > 40

Personnes séjournant en soins de suite ou dans un EHPAD

Entourage des nourrissons à risque de grippe grave et des personnes immuno déprimées, dans l’objectif de protéger les personnes fragiles de leur entourage.

Professionnels de santé et tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère

Personnel navigant des bateaux de croisière et des avions

Personnel de l’industrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs

Un patient éligible à la vaccination suit la filière suivante

Patient éligible : Prescription médicale du vaccin= inutile

=>  Pas besoin d’ordonnance médicale pour avoir le vaccin = le patient n’a pas besoin de voir son médecin pour la prescription du vaccin (sauf s’il est mineur). Il reçoit un BON DE VACCINATION qui tient lieu d’ordonnance (s’il ne le reçoit pas, son médecin mais aussi son pharmacien peut l’éditer en ligne sur le site de la sécu)

Il suffit de se présenter à la pharmacie, avec le bon (s’il ne l’a pas reçu, le pharmacien peut le faire après vérification que le patient fait partie des éligibles).

Prix du vaccin patient éligible: le vaccin est gratuit.

Qui peut faire l’injection au patient éligible (facturée au patient par le vaccinateur) : Un médecin, une infirmière, une sage-femme (pour les femmes enceintes) et le pharmacien. 

FILIÈRE NUMERO 2 – TOUTES LES AUTRES PERSONNES NE FIGURANT PAS DANS LA LISTE PRÉCÉDENTE et les mineurs éligibles

En gros, tous ceux qui n’ont pas une maladie chronique, ne sont pas enceintes, ne risquent pas de transmettre la grippe à tous ceux dont ils s’occupent. Donc, en fait, une grande partie de ceux que l’on croise dans le métro, ou dans la rue, ou au spectacle, ou partout. Ceux que le protocole vaccination anti-grippale dénomme sous le terme « population générale »

Patient non éligible : Prescription médicale du vaccin= obligatoire

En effet, si monsieur ou madame tout le monde veut se faire vacciner contre la grippe, il doit obligatoirement voir son médecin en consultation pour avoir une prescription sur une ordonnance.

=> pour les biens-portants, une ordonnance médicale est obligatoire

Prix du vaccin patient non éligible => le patient doit acheter le vaccin, remboursement sécu normal à 65%

Qui peut faire l’injection au patient non éligible => un médecin ou une infirmière. Mais pas le pharmacien  car le pharmacien ne peut pas vacciner les personnes majeures de la population générale qui ne relèvent pas des recommandations vaccinales. Le pharmacien les oriente vers une consultation médicale.

Au total: quelque chose vous a interpellé? 

Voyons plusieurs points

  • C’est complexe, ces 2 filières. Mais on est en France, donc ça c’est normal.
  • L’idée de créer une filière spécifique de personnes éligibles auxquelles on facilite la vaccination a une logique: La grippe constitue un risque réel et potentiellement grave pour ces patients. La filière gratuite avec vaccination par le pharmacien a donc un objectif louable : augmenter la prévalence de la vaccination dans cette population. Sur ce point, rien à dire non plus.
  • Les pharmaciens peuvent faire l’injection. Ça ne me choque pas plus que ça. C’est assez facile d’apprendre à planter une aiguille en intramusculaire dans un biceps ou en sous-cutané.. (je me fais de nouveaux ennemis, là..). 
    • En revanche, j’avoue ne pas vraiment comprendre pour quelles raisons un pharmacien a le droit de vacciner un cardiaque, un insuffisant respiratoire, un patient atteint de maladie inflammatoire ou auto-immune, et n’a pas le droit de vacciner les gens de la « population générale »
  • Le grand hic de cette filière, celui que vous avez peut-être noté aussi, est le suivant:  si l’idée est logique, la filière inventée conduit, elle, à un parcours totalement illogique.
    • En effet,
    • les patients bénéficiant d’un vaccin gratuit pour raison de maladie chronique  peuvent se faire vacciner sans avoir vu le médecin à aucun moment. Ni pour la prescription qu’ils reçoivent de la sécu, ni pour l’injection qui peut être faite par le pharmacien.
    • Tandis que les autres, les gens en général « bien-portants » qui veulent se faire vacciner doivent aller voir le médecin pour la prescription puis ne peuvent se faire vacciner en pharmacie.

Au total, ces 2 filières mènent à un paradoxe qu’il est bon de souligner.

On demande à des gens en bonne santé de voir leur médecin pour une prescription de vaccin, puis éventuellement le revoir pour l’injection, tandis que la majorité des malades chroniques peut se faire vacciner sans voir en consultation son médecin, ni pour la prescription ni pour l’injection. 

Ou comment, à partir d’une idée de santé publique, celle d’étendre le champ de la vaccination des personnes fragiles, on invente une filière qui conduit les patients atteints de maladies chroniques, donc ceux devant être le mieux suivis médicalement à ne pas voir le médecin, sachant qu’une consultation de plus est pourtant bienvenue pour nombre d’entre eux.. 

Démonstration finie! Maintenant, votre avis !

 

 

3 réflexions sur “Vaccin contre la grippe: filières de prise en charge et étonnement du docteur…

  1. Moi qui suis en bonne santé, j’obtiens le vaccin en le payant et vais payer l’injection par une infirmière pour protéger mes parents âgés et ma petite fille tout juste 15 jours dont je m’occupe !

    J'aime

  2. Le paradoxe n’en est plus un si le problème est posé de façon suivante :
    « Comment augmenter la couverture vaccinale chez les patients à risque, sans augmenter le coût vaccinal ? »
    Avec comme idée associée : les patients en bonne santé auront une filière non aménagée, et continueront à se faire vacciner comme avant(=>pas d’augmentation du coût).
    Sachant que la vaccination des sujets à risques est elle-même susceptible de réduire le coût de l’épidémie (réduction des hospitalisations), le problème posé peut être résumé à :
    « comment réduire le coût d’une épidémie ? »

    C’est le fruit d’une réflexion économique, dont la pertinence est à considérer après évaluation du coût des arrêts-maladie liés à l’épidémie, chez les personnes de la population générale qui n’ont pas été vaccinés, versus vaccinés.

    J'aime

  3. Moi meme medecin, je me suis penche en detail sur le contenu des injections. Et depuis je ne me vaccine plus du tout.
    Il va de soi que je vaccine personne non plus.
    Ce sont les pharmaciens qui seront contents.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s