#BalanceTonMédecin #BalanceTonPatient: Ce que vous dites des autres en dit beaucoup sur votre personnalité …

Réaction à des Hashtags choquants sur Twitter #BalanceTonMédecin et #BalanceTonPatient

balance ton médecin

Et démonstration, article scientifique à l’appui, qu’en fait: Ce que vous dites des autres en dit beaucoup sur votre personnalité

Déjà, Pourquoi dire publiquement du mal de son médecin, des médecins en général, d’un patient, des patients en général ? Quel est l’objectif poursuivi en mettant ses griefs sur la place publique ? Stigmatiser n’a jamais été porteur de progrès, sinon, cela se saurait.

En réalité, et si tous ces échanges,  certains critiques, négatifs, voire dégradants, d’autres au contraire positifs et bienveillants, n’étaient pas le reflet de la réalité, mais juste le reflet individuel de la manière dont le rédacteur de chaque texte voit les autres ?

Référons nous à une étude publiée en 2010* dans le Journal of Personality and Social Psychology . Elle explique qu’en réalité ce que les gens perçoivent des autres révèle en fait beaucoup de choses sur la personnalité de celui qui évalue.

Pour cette analyse, on a demandé aux sujets de l’étude de noter 3 personnes réelles  en donnant un taux de satisfaction.  D’abord des amis, ensuite des  collègues de dortoir  d’étudiants de première année, et enfin des  membres d’associations. Les personnes s’évaluaient mutuellement dans tous les cas.

L’étude avait en fait pour vraie finalité d’évaluer … les évaluateursLa manière dont les sujets de l’étude évaluaient positivement ou négativement  les 3  autres personnes fournissait des informations importantes sur le bien être des évaluateurs, leur santé mentale, leurs attitudes sociales , et la manière dont ils étaient jugés par les autres.

Quand les personnes décrivent les autres en termes positifs, c’est un indicateur important de la positivité de traits de leur propre personnalité. La tendance d’une personne à décrire les autres en termes positifs est indicateur notable de traits de personnalités positifs.  Ensuite, une association très forte est trouvée entre les jugements positifs sur les autres et la manière dont  on se décrit d’une part, et dont les autres vous décrivent d’autre part : enthousiaste, heureux, bienveillant, courtois, émotionnellement stable et capable. Donc, en fait, plus vous voyez les autres positivement, plus cela indique que vous êtes satisfaits de votre propre vie, et plus les autres vous apprécient et vous jugent positivement.

A l’opposé du positif,  les perceptions négatives sur les autres sont liées à beaucoup de traits négatifs de la personnalité. La tendance simple de voir les gens négativement indique une plus grande probabilité de dépression et de troubles de la personnalité différents.  Des hauts niveaux de narcissisme et de conduites antisociales, une tendance dépressive, et des désordres variés de la personnalité.. Le niveau de négativité de l’évaluateur reflète ses caractéristiques négatives, mais aussi que l’évaluateur est malheureux, désagréable, névrotique ou a d’autres traits de personnalité négatifs.

Cet état de fait, juger négativement les autres, peut-il changer ? Si on ne fait rien, hélas, il semble que non. La même analyse faite un an après montre que cette faculté de perception négative ou positive des autres est un trait de personnalité stable . La perception des autres dans l’environnement social est un trait hautement stable qui ne change pas significativement.

En conclusion : Quand les gens jugent les autres, en réalité, ils donnent des informations importantes sur leur propre santé mentale, leur  bien-être, leurs attitudes sociales et la façon dont ils ont été jugés par les autres.

Donc, quand quelqu’un évalue la personnalité d’une autre personne, vous pouvez en apprendre plus sur celui que vous interrogez que sur celui qu’il décrit ! Un fort taux de traits négatifs dans la description peut , bien sûr, être la constatation du réel, mais évaluer négativement les autres serait surtout la traduction d’une personnalité négative, narcissique, malheureuse, désagréable, voire névrotique ou antisociale.

Conclusion : «Voir les autres positivement révèle nos propres traits positifs. Et inversement.

Continuer des Hashtag ciblant les médecins (ou les patients) n’a pas de sens en soi. Chaque réflexion doit être considérée individuellement car elle est le reflet de la personnalité de celui qui twitte, bien plus que de la réalité de la personne évaluée.

Et ça n’apporte aucune solution aux difficultés réelles que rencontrent les patients ET les médecins.

 

 

* Perceiver effects as projective tests: What your perceptions of others say about you.

Wood, D., Harms, P., & Vazire, S. (2010). Perceiver effects as projective tests: What your perceptions of others say about you. Journal of Personality and Social Psychology, 99(1), 174-190.

http://dx.doi.org/10.1037/a0019390  https://psycnet.apa.org/record/2010-12776-013

3 réflexions sur “#BalanceTonMédecin #BalanceTonPatient: Ce que vous dites des autres en dit beaucoup sur votre personnalité …

  1. Je suis en profond désaccord avec cet article qui réduit l’ouverture de ces témoignages à des aspects psychologiques… nos réactions lorsqu’il s’agit de racisme ne sont jamais seulement des réactions « individuelles ». Il est bien dommage qu’autant de médecins se soient empressés de se défendre eux-mêmes ou leurs collègues plutôt que de se pencher sur la détresse et la mise en danger des personnes qui ont témoigné. Malgré le fait que le hashtag ait été un peu vite détourné pour tout et n’importe quoi, il s’agissait bien initialement de pointer la persistance de préjugés racistes (conscients ou pas) et leurs conséquences désastreuses. Ce ne sont pas des « biais » personnels, il y a une littérature en sciences sociales sur l’existence de ces préjugés par ailleurs, il est vrai davantage en anglais, mais en s’y intéressant, on trouve… Et si vraiment on est d’accord sur l’existence de tels phénomènes et la nécessiter de lutter contre, pourquoi chipoter sur la libération de cette parole et non pas la relayer au contraire ? https://www.inegalites.fr/Une-medecine-de-classe

    J'aime

    1. Bonjour, et merci de votre commentaire, qui ne me convainc pas
      Le racisme est partagé tout autant que la connerie, et les patients sont aussi racistes que les médecins. Si les 2 ne font pas un pas en avant, le courant est coupé. Qu’un médecin en fasse une histoire ou il parle de la réalité de ces difficultés, et on crie aussitôt au scandale. En revanche, qu’un malade critique son médecin et on approuve.
      ‘ai moi aussi mes lectures qui me conduisent à penser que ces conduites racistes sont bien tout d’abord individuelles : Pierre Bayard, « Aurais-je été résistant ou bourreau ? ».
      Une fois que l’individu a déterminé sa pensée personnelle, il va rejoindre un groupe de gens qui pensent comme lui. Du coup, la pensée personnelle se dissout dans l’expression de groupe. Ce que font les patients en se précipitant sur ce hashtag, sans penser que cela va blesser nombre de médecins qui ne méritent pas ça, et ce que font de l’autre côté les médecins, qui défendent leurs collègues, tout en sachant qu’il y a des désordres dans leurs rangs, mais ils se mobilisent pour conserver l’homéostasie de la profession. Si les médecins se critiquaient entre eux, ce qui n’est d’ailleurs pas déontologiquement autorisé, la médecine irait certainement plus encore que maintenant vers un précipice sans fond. Surtout si l’on valorise la détresse des patients, et que l’on oublie celle, tout aussi réelle, de nombre de médecins.
      Il reste que c’est plus politiquement correct de cracher sur l’ambulance.

      J'aime

      1. Bien entendu que les médecins sont tout aussi touchés que les autres, c’est pourquoi il faut lutter contre le racisme médical tout autant que dans le reste de la société. Pas moins. Il n’y a aucune raison de taire ces témoignages et critiques, tout comme il n’y en avait aucune de taire les violences gynécologiques et obstétricales… Les médecins n’ont pas de raison d’être blessés s’ils pensent n’être pas concernés, et s’ils pensent avoir pu l’être (rappelons que ce hashtah fait suite à des propos de Jaddo qui a reconnu par ailleurs le problème, elle prêche pourtant la bienveillance médicale), alors autant se questionner sur les changements possibles. Il y a des détresses saines. Enfin, absolument rien n’empêche de soutenir la libération de cette parole ET de soutenir les soignants dans leurs luttes pour des conditions de travail et de soin dignes… C’est définitivement un faux dilemme que de penser que valoriser la détresse des patients conduirait à oublier celle des médecins ! Si la seule raison de se taire c’est que ça peut blesser des personnes en les remettant en cause c’est une bien mauvaise raison. Quid des patientes qui ont subi ces actes racisme, et dont la santé a été mise en péril ? Ne sont-ils pas « blessés » eux aussi ?!

        PS : « Une fois que l’individu a déterminé sa pensée personnelle, il va rejoindre un groupe de gens qui pensent comme lui. » Je ne comprends pas cette phrase, on ne se fait pas un avis en consultant un catalogue et en pesant le pour et le contre à l’abri de la société avant de chercher le groupe qui nous conviendrait, on se construit en interaction avec les autres…

        PPS : le terme politiquement correct me semble avoir bien peu d’intérêt pour un échange d’idées

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s