l’application StopCovid ne déconfinera pas le 11 mai

Un point actuel sur la très prometteuse application pour les portables, appelée StopCovid, qui ne sera en fait pas prête pour le déconfinement. Sortie prévue début juin si tout va bien Il s’agit d’une application actuellement développée en France par des chercheurs et des entreprises sous la houlette du gouvernement, mais dont le prototype n’est pas suffisamment abouti pour qu’on puisse l’utiliser en mai. Il y a un problème notamment d’accord avec Apple pour pouvoir faire fonctionner l’appli sur les Iphones. Idem avec Google pour Android. C’est un problème technique autour du Bluetooth des smartphones et d’un blocage par Apple … Continuer de lire l’application StopCovid ne déconfinera pas le 11 mai

Le virus qui oblige à prendre en main son propre destin

  Directives données, directives imposées, injonctions floues, consignes contradictoires. Le risque de cette saleté de Coronavirus est tellement conceptuel que c’est compliqué pour des décisions pratiques sur la vie quotidienne de futurs déconfinés.  Et cette large part d’inconnu oblige chacun à réfléchir de manière à la fois collective sur injonction politique mais aussi de manière individuelle. Les orientations qu’on va donner à son propre déconfinement suivront obligatoirement un certain nombre de consignes de santé publique, mais leurs modalités de réalisation effective seront largement teintées d’orientations et de décisions personnelles. Se confiner encore un peu ou sortir librement, prendre ses distances … Continuer de lire Le virus qui oblige à prendre en main son propre destin

INDICATION DES TESTS SÉROLOGIQUES DU CORONAVIRUS en date du 2 mai 2020

A quoi sert un test sérologique     Voici les indications pour faire un test sérologique identifiées par la HAS à la date du 2 mai 2020 https://www.has-sante.fr/jcms/p_3182370/en/premieres-indications-pour-les-tests-serologiques-du-covid-19    I POUR DES PATIENTS HOSPITALISES   pour faire un diagnostic d’infection active à Covid patient grave hospitalisé non porteur de coronavirus sur le prélèvement PCR mais qui a des symptômes cliniques ou un scanner évocateurs d’un COVID-19 Pour faire tardivement un diagnostic (diagnostic de rattrapage) chez des patients symptomatiques graves hospitalisés mais qui n’ont pas eu un test RT-PCR dans les sept premiers jours.    II POUR DES PATIENTS NON HOSPITALISES   Personne ayant des symptômes cliniques évocateurs + … Continuer de lire INDICATION DES TESTS SÉROLOGIQUES DU CORONAVIRUS en date du 2 mai 2020

Le Coronavirus ou « de l’art de la décision médicale en milieu inconnu ».

La cacophonie autour du traitement de l’infection à Coronavirus en France, invite à la réflexion.

Non de savoir qui a tort ou qui a raison,

Mais d’essayer une approche des stratégies de décision médicale.

Pour cela, plongeons dans un vieux bouquin (sur ma table de chevet depuis longtemps) : Lucien Israël, la décision médicale « essai sur l’art de la médecine », ed Calmann Levy, 1980, auquel je vais emprunter des phrases lues et relues maintes fois.

La médecine est la science des pannes. Mais le médecin est le dépanneur d’une machine dont il ne connait pas tous les plans et à l’heure actuelle d’une maladie dont il ne connait pas grand-chose, à part qu’elle est éminemment contagieuse, tueuse, et  sans traitement connu ni préventif, ni curatif.

C’est bien ennuyeux pour les médecins. Car la médecine une profession dont la mission est de soigner. Et les progrès de la médecine des maladies infectieuses ont presque conduit à croire qu’on savait se battre contre toutes les infections. Certes, en réa, on sait soigner les conséquences des destructions pulmonaires du Coronavirus, mais en ville, pour des malades non graves, on ne sait rien, et cela conduit à l’obligation de prendre des décisions en milieu inconnu. En gros, face à la situation actuelle : ne rien faire qu’attendre, ou prescrire un ou des traitements n’ayant pas démontré la preuve de leur efficacité. Continuer de lire « Le Coronavirus ou « de l’art de la décision médicale en milieu inconnu ». »

Coronavirus, pourquoi confiner, quelles stratégies pour déconfiner ?

Voir sur Medium.com Ce que l’on sait sur le Coronavirus et le confinement Il ne faut pas que toute la population soit infectée en un temps court, car les services médicaux hospitaliers ne peuvent faire face à l’afflux de malades, En effet, Le système hospitalier ne peut pas donner des soins corrects à tous quand sa capacité est débordée, et du fait d’une moins bonne qualité de soins liée au dépassement de capacité du système, la mortalité augmente. On est moins bien soigné dans un centre transformé en quelques jours en réanimation, avec un suivi par des médecins et des … Continuer de lire Coronavirus, pourquoi confiner, quelles stratégies pour déconfiner ?

Pour ceux qui veulent « faire un test » pour le #Coronavirus

A la date du 10 avril 2020, on parle de 2 catégories de tests biologiques pour le Coronavirus. L’un, la PCR, est déja opérationnel, pas chez tout le monde,  l’autre arrivera bientôt, la sérologie LE TEST PCR RECHERCHANT LA PRÉSENCE DU VIRUS DANS LE NEZ ET LE PHARYNX Ce test est utile pour affirmer le diagnostic d’infection, et pour confirmer la guérison et le fait de ne plus être porteur du virus. 1)AFFIRMATION DU DIAGNOSTIC  : il recherche la présence directe du virus dans un prélèvement naso-pharyngé. Il permet de confirmer si la personne, au moment où elle effectue le … Continuer de lire Pour ceux qui veulent « faire un test » pour le #Coronavirus

Chloroquine…oui ou non ?

Arrêtons nous un moment sur quelques considérations un peu, mais très peu scientifiques qui vont donner des arguments de réflexion sur l’action de la chloroquine, et donc le probable élargissement imminent de sa prescription (selon moi, mais cela n’engage que moi, et c’est juste si on ne trouve pas mieux)

La base de la réflexion est de la physiopathologie simple. Il existe de réels arguments pour des éléments en faveur d’une réaction inflammatoire exacerbée et/ou de phénomènes d’auto-immunité dans les infections à Coronavirus Continuer de lire « Chloroquine…oui ou non ? »

Lettre à Juan, Thierry, Mathieu, Cécile, et plus largement à tous les soignants consacrant leur vie et leur temps à soigner les malades du Coronavirus.

Juan, tu as à quelques années près l’âge que j’avais quand je suis tombée dans le bain des débuts de l’épidémie de SIDA. 1985 … Mathieu, c’est l’année de ta naissance, si je ne me trompe pas. Moi j’étais déjà jeune chef de clinique, à la Pitié Salpêtrière. J’avais votre âge quand je me suis trouvée face à un secteur d’hospitalisation rempli de gens souvent adolescents ou petits adultes, qui avaient eu leur première pneumocystose et dont on savait que le pronostic vital était désormais de moins de 1 an si on ne trouvait pas de traitement miracle. Et on ne l’a pas trouvé de suite, le traitement, comme on sait maintenant.
Ce n’est pas pour vous faire la leçon du vieux de la vieille, celle qui a tout vu, que j’ai envie de vous écrire. C’est parce que je travaille avec vous chaque jour, et que je vois vos angoisses, votre investissement au service de l’infection qui atteint le monde d’aujourd’hui. C’est parce que je redécouvre cette indicible souffrance que ressent un médecin quand il réalise qu’il ne peut pas sauver toutes les vies, quand il est confronté à une maladie qui tue en aveugle, dans l’injustice, et dans la souffrance.

Continuer de lire « Lettre à Juan, Thierry, Mathieu, Cécile, et plus largement à tous les soignants consacrant leur vie et leur temps à soigner les malades du Coronavirus. »

Coronavirus :  c’est le moment pour les patients d’être vraiment acteurs de leur santé +++

Je vous écris ce soir un article largement inspiré de ce texte que je trouve exceptionnellement informatif  https://drphilbe.blogspot.com/2020/03/les-chiffres-que-vous-trouverez-ici.html?m=1

Le problème numéro 1 de l’infection à coronavirus: c’est très contagieux.

On estime qu’une personne infectée par le coronavirus infecte potentiellement entre 2 et 3 personnes. En moyenne, estimé à 2,2 personnes infectées par un malade. (La grippe est moins contagieuse, en moyenne transmise à 1,3 personnes).

Si on ne fait rien, si on ne prend aucune mesure pour enrayer la propagation, voici un exemple chiffré de ce qui pourrait advenir.

Mettez 100 personnes dans une pièce ensemble.

Le temps moyen d’incubation est mal connu. De 7 à 14 jours. Disons 14. Mais il semble que les malades soient contaminants bien avant d’être malades, environ 7 jours avant.

Tous les 7 jours donc, un infecté va contaminer 2,2 personnes.

  • 1 malade le premier jour
  • A une semaine : 3,2 malades : le premier et 2,2 autres (pas encore symptomatiques)
  • A 2 semaines : En + du malade source 1 , les 2,2 nouveaux malades en ont infecté 4,6 soit : 7,6 malades soit près de 10% de la population
  • A 3 semaines : selon le même calcul, il y a 24 malades. Soit ¼ de la population.

Maintenant on peut rapporter cette cinétique à la population française. Le quart de la population, cela fait un total de 17,5 millions de personnes infectées par le coronavirus. Continuer de lire « Coronavirus :  c’est le moment pour les patients d’être vraiment acteurs de leur santé +++ »