Ok, il y a plus (+) de médecins… Mais ?

Je vous le certifie, car c’est écrit par des plumes de confiance : Il y a plus (+) de médecins

Super, excellente nouvelle, gros titre optimiste de l’étude publiée par le ministère de la santé ce début mai « 10 000 médecins de plus depuis 2012 ».
http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er_1061.pdf

Titre repris par nombre de journalistes, bien souvent tant aveuglés par cette excellente nouvelle qu’ils n’ont pas pris la peine de lire l’article dans le fond.

Il n’y a finalement pas de crise démographique titre la caisse des dépôts : « Accès aux soins – Crise de la démographie médicale : est-ce si sûr ? »
https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250281045007

Et de grands journaux comme le Monde de s’esclaffer « il n’y a jamais eu autant de médecins en activité », titre repris pas M6 info suivi du splendide commentaire suivant: Un état des lieux surprenant de la médecine en France. Une nouvelle étude bat en brèche les idées reçues. Y a-t-il réellement moins de médecins ?

On dirait que l’on voit fondre sous nos yeux ébahis le spectre apocalyptique des « déserts » médicaux MAIS ? …. Car il y a un mais, voire des mais, derrière ces titres spectaculaires ? Sinon, de quoi se plaint-on ?

Continuer de lire « Ok, il y a plus (+) de médecins… Mais ? »

Un bon médecin ou une bonne médecine ? que préférez-vous ?

Le plus important pour les patients en matière de santé c’est quoi : La médecine ou les médecins ? Je vous pose la question….

 45084050

La médecine a fait d’immenses progrès ces dernières décennies. Pour les diagnostics avec le développement de technologies de plus en plus sophistiquées et efficaces. Pour les thérapeutiques, des médicaments agissent sur de nombreuses maladies, avec même parfois tellement d’effets qu’il y en a même des indésirables.  Ajoutez  la prévention, les vaccins, toutes actions de santé publique qui protègent les gens, et permettent d’augmenter régulièrement l’espérance de vie. Continuer de lire « Un bon médecin ou une bonne médecine ? que préférez-vous ? »

POURQUOI LES GASTROENTEROLOGUES RECOMMANDENT LE TEST HEMOCCULT (MARS BLEU)

Mars est le mois consacré à parler de la prévention du cancer du colon… L’action est nommée « Mars Bleu » Le test de dépistage par hémoccult, consiste simplement à faire la recherche de sang caché dans les selles. Nous, gastroentérologues, le recommandons, car il peut vous empêcher d’avoir un cancer du côlon… C’est un dépistage utile, pas controversé, reconnu comme facteur de prévention du cancer colique. Partout on vous en parle. Mais comme l’idée d’aller patouilller dans son caca n’est pas souriante, je vais vous en expliquer plus, afin de motiver les plus de 50 ans (destinataires de ce dépistage), mais … Continuer de lire POURQUOI LES GASTROENTEROLOGUES RECOMMANDENT LE TEST HEMOCCULT (MARS BLEU)

C’est parce qu’il y avait trop de médecins, qu’il n’y a plus assez de médecins!

Il parait que l’on manque de médecins.

Enfin, tout le monde n’est pas d’accord avec cette assertion, certains disant qu’il n’y a jamais eu autant de médecins qu’actuellement, et que le problème serait que les médecins ne veulent plus s’installer, ne veulent pas aller dans les provinces reculées, et ne veulent plus rien foutre.
Pénurie ou pas pénurie ? c’est dur à dire. En effet, jamais aucune étude scientifique n’a permis de déterminer exactement le nombre de médecins répondant aux besoins de la population française. La notion du manque de médecins est donc laissée à l’appréciation de chacun, et chacun ne se prive pas d’en donner sa propre interprétation.
Moi, à titre personnel, je suis plutôt positionnée sur le versant pénurique. J’ai déjà rédigé un post à ce propos (Pénurie de médecins: des chiffres qui parlent d’eux mêmes) , et je ne me lasse pas des courbes qui éclairent mon point de vue :
Ce rapport de l’assemblée nationale en 2008, qui explique que la remontée du numerus clausus ne produira ses effets qu’à partir de 2015 à 2017. En réalité, en 2017 on reviendra à 8000 médecins formés, comme avant le blocage du numerus clausus. Sauf que ces 8000 médecins ne combleront pas à eux tout seuls le déficit généré par
– Le faible nombre de médecins formés entre 1980 et 2006-2007
– Le départ massif à la retraite de la génération pléthorique des années 60-70-80 du temps ou n’existait aucune limitation de la formation. Continuer de lire « C’est parce qu’il y avait trop de médecins, qu’il n’y a plus assez de médecins! »

Travail « empêché » : les médecins en décalage avec leurs valeurs.

Les médecins des générations antérieures avaient déjà une charge de travail hyper importante (que les jeunes cessent de la ramener avec leurs horaires,  les semaines d’antan des internes toutes générations étaient bien autant voire plus chargées …). . En revanche, clairement, il n’y avait pas ce poids et cette ingérence permanents,  d’organisation,  de santé publiquation,  de contrôle et d’injonctions paradoxales, devenus désormais le pain quotidien minant de l’exercice médical. Ceux de ma génération ont même vu arriver des éléments d’organisation avec bienveillance. Nous nous sommes mêmes, pour beaucoup, impliqués pour aider à les mettre en place, tant nous avions conscience … Continuer de lire Travail « empêché » : les médecins en décalage avec leurs valeurs.

Lettre ouverte à Mme Buzyn à propos de la consultation sur la Stratégie Nationale de Santé.

Lettre ouverte à Mme Buzyn à propos de la consultation sur la Stratégie Nationale de Santé.

Ma chère confrère, Madame la Ministre

Tout d’abord je voudrais vous dire mon admiration. Votre réussite en médecine ne peut que faire l’objet d’admiration. Quel médecin n’aurait pas aimé avoir un parcours si majestueux que le vôtre ? Je suis béate, moi, en tous cas. Et certaine que votre passion pour la médecine et vos qualités politiques sont les ferments de belles avancées de notre profession.

J’ai trouvé logiquement plutôt sympa l’idée de solliciter l’avis « des français » sur la Stratégie Nationale de Santé. De tous les gens, pas seulement les médecins, ou les soignants. Et me suis empressée de suivre le lien vers le fameux fichier de cette consultation.


Jusqu’au 25 novembre inclus, les Français peuvent s’exprimer sur la stratégie nationale qui constituera le cadre de la politique menée par le Gouvernement en matière de santé pour les cinq prochaines années.

La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a lancé hier, mardi 7 novembre, la consultation publique en ligne sur la stratégie nationale de santé. Un espace dédié est hébergé sur le site du ministère : strategie.sante.gouv.fr. Les internautes ont accès au document issu d’une phase de concertation menée depuis le mois de septembre avec les autres ministères et avec les représentants du secteur de la santé, des élus et des usagers.

Ils sont appelés notamment à réagir sur les quatre thèmes prioritaires identifiés par le Gouvernement :

 Les réponses collectées permettront d’enrichir le projet de stratégie nationale de santé avant son adoption en comité interministériel de la santé au mois de décembre, explique le ministère dans un communiqué.  

Un décret officialisera la stratégie nationale de santé avant la fin de l’année 2017. Dès le premier semestre 2018, elle sera mise en œuvre par des plans et programmes nationaux, mais également dans les territoires, notamment dans le cadre des projets régionaux de santé définis par les agences régionales de santé (ARS). 


Au suivi du lien strategie.sante.gouv.fr, on arrive sur une page qui propose :

  • D’une part des liens vers les 4 grands chapitres de la SNS, qu’il faut aller lire un par un.
  • Un lien vers le dossier complet, qui fait 103 pages, écrit tout petit,
  • Et enfin, les questions

e83d00de-f33d-4b0e-a333-063bf6f05db6

Elles se résument à 2 questions pour savoir qui on est +  2 QCM sur notre avis

  • Après lecture de la stratégie nationale de santé, êtes-vous globalement en accord ou en désaccord ?
  • Pour chacun des axes de la stratégie nationale de santé, êtes-vous plutôt en accord ou en désaccord avec les objectifs proposés ?

Le problème de ces questions… c’est que même sans avoir lu la stratégie nationale de santé, on est forcément d’accord sur le fait de: 

  • Mettre en place une politique de prévention et de promotion de la santé, dans tous les milieux et tout au long de la vie
  • Lutter contre les inégalités sociales et territoriales d’accès à la santé
  • Garantir la qualité, la sécurité et la pertinence des prises en charge au bénéfice de la population
  • Innover pour transformer notre système de santé en réaffirmant la place des citoyens
  • Priorités spécifiques à la politique de l’enfant, de l’adolescent et du jeune

Continuer de lire « Lettre ouverte à Mme Buzyn à propos de la consultation sur la Stratégie Nationale de Santé. »

Pour diminuer les effets indésirables du Levothyrox: juste changer la manière de le prendre ?

L’ancienne formule du Levothyrox, (maintenant idéalisée à l’aune des déboires liés à la nouvelle formule), était déjà mal tolérée par nombre de patients, ne l’oublions pas, notamment plusieurs ne réussissaient pas à stabiliser leur état biologique, du fait de l’instabilité de la molécule.

Le nouveau Levothyrox promettait une molécule plus stable, donc une meilleure équilibration thyroïdienne.

Mais, contrairement aux effets positifs attendus, de très nombreux effets indésirables se sont manifestés. Les effets les plus fréquemment rapportés sont la fatigue, les maux de tête, l’insomnie, les vertiges, les douleurs articulaires et musculaires et la chute de cheveux . Plus de 14000 signalement à l’heure actuelle.

Pourtant on assure avec force aux gens concernés par ces effets indésirables que tout va bien car leur TSH, reflet de l’équilibre thérapeutique, reste dans les valeurs normales.  En effet, il semble que dans la majorité des cas (44%), les effets indésirables graves reportés ne sont pas dus à un déséquilibre thyroïdien.

Cela questionne… Pourquoi ces effets indésirables que l’on ne peut rattacher à un déséquilibre thyroïdien : c’est d’ailleurs noté dans le rapport de pharmacovigilance de l’ANSM d’octobre 2017 : « la fréquence inattendue de signalements et de certains cas de patients qui présentent à la fois des signes d’hypo ou d’hyperthyroïdie avec des dosages de TSH dans les normes attendues ». Continuer de lire « Pour diminuer les effets indésirables du Levothyrox: juste changer la manière de le prendre ? »

Régimes sans gluten, sans lait, sans …, et poudres magiques des médecines alternatives

Un jour, après bien des recherches, un ami, une connaissance, un forum, vous ont fourni les coordonnées de ce médecin miraculeux. Ou encore, c’est un médecin dont vous avez lu le livre grand public, et vous avez enfin trouvé ou il exerce. En règle générale, il vous a fallu traverser la région pour aller le consulter, vous qui vous plaignez que votre médecin généraliste est trop loin de chez vous.Dr-Miracle-le-Lecocq

Le médecin miraculeux n’a généralement pas le tarif conventionnel. Si par exception il l’a, les examens qu’il prescrit, eux, ne l’ont pas, vu qu’ils ne sont pas référencés sécu, et sont souvent à faire dans un laboratoire spécial, pas celui de votre rue. Puis, les produits qu’il donne ne sont pas non plus pris en charge par la sécu. Mais ces dépenses ne vous étonneront à aucun moment, car les miracles à bon marché, personne n’y croit. , Quand d’un médecin on attend l’exceptionnel, on est prêt à investir. Pas question de se préoccuper dans ce cas du montant des honoraires, ni de leur remboursement. De l’argent bien placé pense le consultant, déjà si heureux d’avoir eu connaissance de ce si bon filon.

Pour commencer votre relation, après passage dans une salle d’attente aux fauteuils en principe confortables et capitonnés, fauteuil-chesterfield-deluxe-en-velours-gris-capitonne-5343057le médecin  a manifesté une vraie considération sur vos ballonnements, ou vos douleurs articulaires qui ne passent pas toutes seules, sur vos malaises, votre fatigue, vos difficultés à digérer, votre caca, toutes manifestations dont aucun traitement ne vient à bout, et que tous les médecins consultés jusqu’à présent balayent d’un revers de main impatient, maintenant que tous les bilans scanners, IRM et autres explorations ne trouvent aucune cause.

Ensuite, il a d’emblée froncé les sourcils sur un truc marqué en gras dans vos prises de sang . Un dosage de fer, par exemple, légèrement au-dessus de la norme, que les autres praticiens avaient décrété normal. Ou tout autre truc en gras, qu’on avait omis de considérer comme anormal. Vous vous doutiez bien, vous, que ce n’était pas normal.

Et puis, il a compris immédiatement, lui, que les médicaments vous font peur, vous ne voulez pas en prendre, et encore moins les prendre au long cours. Il a compris, lui, enfin, que vous cherchiez comment vous soigner sans médicament.

Continuer de lire « Régimes sans gluten, sans lait, sans …, et poudres magiques des médecines alternatives »

Le Lévothyrox et les hormones thyroïdiennes expliqués en robinet

Imaginons que la thyroïde est un robinet. Le robinet fait couler de l’eau, l’eau en l’occurrence ce sont les hormones thyroïdiennes,  la T4 et la T3.

Ce robinet thyroïdien produit la T4/T3, mais en fait, ce n’est pas le chef de production. Ce robinet est un subalterne, dont le taux de production est commandé par une centrale, nommée l’hypophyse. Le pouvoir central hypophysaire surveille en permanence le taux sanguin d’eau/T4-T3 . Il se base sur cette production d’eau (le taux de T4/T3, ou plus globalement sur l’équilibre hormonal circulant) pour donner l’ordre au robinet, d’augmenter ou baisser sa production.  Le vecteur des ordres de la direction est un carburant secrété  par l’hypophyse, la TSH. Elle accélère ou ralentit le débit du robinet thyroïdien.  

IMG_6384.jpg

Un tel système, appelé régulation par rétrocontrôle, fonctionne en permanence chez les gens sains n’ayant pas de maladie de la thyroïde et régule le taux circulant d’hormones thyroïdiennes

Dans le cas d’une maladie de la thyroïde, hyper ou hypothyroïdie, la partie du système qui dysfonctionne est celle du milieu, le robinet, c’est-à-dire la thyroïde. Un beau jour, de lui-même, le robinet se met à faire couler trop de T4 et T3 (hyperthyroïdie) ou au contraire plus assez de T4-T3 (hypothyroïdie), ou bien il s’entartre sans modifier sa production (cancer). Continuer de lire « Le Lévothyrox et les hormones thyroïdiennes expliqués en robinet »