Cri de crise

"Je ne sais plus pleurer
 Je ne sais plus crier
 Je ne sais pas prier
 Je ne sais plus que me révolter
 Contre ce qui arrive
 A moi aux autres au monde
 Contre ce qui ne répond pas à mes attentes
 Contre ceux qui ne répondent pas à mes attentes
 Je ne sais plus être
 Etre soi n’est plus à la mode
 Il faut être dans l’air du temps
 Ne pas accepter la vie comme elle vient
 Se convaincre constamment que le pré d’à côté est plus vert
 Se répéter en boucle que les choses autrement devraient se faire
 Et que cela me rendrait plus joyeuse
 Plus heureuse
 Plus épanouie
 La vie n’est pas un long fleuve tranquille
 Le temps qui passe fait prendre chaque jour un peu plus la mesure
 Du manque de contrôle de l’humain sur sa vie
 Le chemin est marqué d’obstacles de toutes sortes
 Des obstacles sur lesquels la volonté n’a pas d’influence
 Des obstacles épuisants à franchir,  les uns derrière les autres
 Et un jour soudain, la planète terre se coagule sur un monstrueux obstacle collectif
 Qui relègue au second plan les drames individuels des humains
 Une pandémie
 Contre laquelle rien ne sert de pleurer
 Ni de crier
 Ni de se révolter
 Envers ce qui arrive
 Une pandémie qui laisse 2 choix seulement
 Le choix de ne rien faire et de laisser périr une partie de l’humanité
 En espérant ne pas faire partie de ceux qui auront tiré le numéro perdant
 Ou bien une tentative humaine désespérée de protection,
 Au nom de l’importance primordiale de la vie humaine,
 Protection obtenue par un moyen seulement
 Se cacher bien à l’abri de son logement
 Quand on a encore la chance d’en avoir un
 Je ne sais plus pleurer
 Je ne sais plus crier
 Je ne sais pas prier
 A quoi bon se révolter
 Contre le choix de l’humanité
 Celui de protéger les gens contre un virus
 Qu’ils le veuillent ou non
 Et tout en sachant que les protéger d’une infection
 Ne les protège pas des malheurs, des doutes, des autres maladies, de la révolte,
 De la sensation d’injustice, d’inexistence, d’être juste un pion
 A qui on demande de ne pas penser,
 De ne pas pleurer
 De ne pas crier
 De ne pas se révolter
 Juste se cacher, se coucher, se masquer,
 Ne pas se demander ce que sera l’avenir
 Qu’il est impossible de prédire
 Juste obéir
 Au choix de l’humanité
 Essayer de limiter les pertes humaines
 Et attendre que l’obstacle
 De lui-même
 Peut être aidé par un vaccin
 De notre vie s’efface
 Comme ça on pourra reprendre la vie d’avant
 Et elle ne sera toujours pas un long fleuve tranquille
 Le chemin sera toujours marqué d’obstacles de toutes sortes
 Des obstacles sur lesquels la volonté n’a pas d’influence
 Des obstacles épuisants à franchir,  les uns derrière les autres
 Mais ce seront nos propres obstacles
 On ne les choisira pas plus, mais ... 
 Ils redeviendront juste nos soucis personnels
 Ils redeviendront juste le problème de chacun 

Un commentaire sur “Cri de crise

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :