les patients « nomades »

Ce patient a  environ 55 ans et a été hospitalisé juste avant Noel dans le service de cardio ,  à cause de douleurs thoraciques.
Une anémie importante a été trouvée.  Un des mes collègues gastro a fait  des endoscopies a la recherche d’un saignement. Elles étaient normales. Le malade a eu en été 2007 une hémorragie par rupture de varices oesophagiennes, traitée en province, sur laquelle il est incapable de donner la moindre information. Cela n’intéresse pas trop  les cardio de toutes manières.
Les endoscopies ne trouvent pas de saignement. Il est transfusé , et sort le 21 décembre. Je fais sa connaissance juste avant sa sortie, je prends rapidement connaissance du dossier  (on est le 21 décembre à 19h30 au lit du patient). Je lui indique de me revoir en consultation dans quelques semaines et de m’apporter les résultats des examens antérieurs.

Consult le  8 janvier. Le compte rendu d’hospitalisation n’est pas fait, et le dossier traine dans un bureau en attente. Donc je ne l’ai pas. Mais j’ai quand même le dossier patient commun informatisé de l’établissement, ce qui est source de renseignements cohérents sur la récente hospitalisation. Ce qui serait bien, ce serait de connaitre l’histoire digestive antérieure . Le patient n’a apporté aucun résultat d’examen, aucun résultat antérieur. Pas de controle de numération depuis la sortie. Ce patient parle à peine, c’est sa femme qui s’en charge pendant toute la consultation et elle est très désagréable. Elle va revenir, au moins à 10 reprises, sur le fait que c’est inadmissible que la conclusion de sortie ne soit pas faite .  Et surtout, à chaque question que je pose, la  réponse est inlassablement identique: ben…on m’a pas dit.

Donc on ne lui a pas dit ce qu’il a eu, on ne lui a pas dit de revoir le médecin à Sens ou il a été pris en charge. On ne lui a pas dit non plus à la sortie de faire une prise de sang de controle, et pas non plus de revoir son médecin traitant. Ca tombe tellement sous le sens de revoir son médecin traitant, qu’on ne le dit pas le plus souvent !

Enfin bref, il est la pour poursuivre avec moi des séances de ligatures oesophagiennes commencées ailleurs par un autre médecin, avec une cirrhose dont il ne connait pas la cause, il dit ne pas boire. Et pour couronner cela, il prend un anti-agrégant plaquetttaire. Ce médicament  constitue une contre-indication a la ligature de varice, a cause du risque hémorragique qui dure plus de 3 semaines. Tiens on vous avait fait des ligatures sous anti-agrégant ? (2 fois, si j’ai tout capté, mais en période de saignement probablement). Le médecin le savait ça ? Ben… non, il m’a pas demandé.

Donc pas de ligature comme ça chez un patient dont je ne connais pas l’historique, et pour lequel je ne sais pas la raison de l’absence de suivi par le centre initial. Vous n’avez pas revu le médecin de Sens ? Non… on ne m’a pas dit !

Demande de controle biologique

Réception du résultat 48 heures plus tard; Zut, chute de l’hémoglobine à 7 g/dl. J’appelle chez le patient pour lui dire de revenir aux urgences afin de reprendre les explorations. Sa femme toujours aussi aimable: Nous avons rendez vous ce soir avec un autre gastro. Elle consent à me donner son nom, c’est un copain ! Je réitère a la dame qu’il est plus sensé de revenir directement plutot que d’aller voir un nouveau médecin, qui ne sera pas au courant du problème. Il n’aura pas accès, lui, au dossier de l’établissement. En plus consult prévue le vendredi à 18heures .

Comme c’est un copain, je décide de le prévenir, et de lui raconter le peu que je sais sur ce patient, afin de lui faciliter la tâche. Je l’appelle donc peu avant 18 h. Messagerie sur le portable, je laisse un message. Appel au cabinet: messagerie. Tant pis pour lui ! c’est que j’ai dit sur la messagerie ! Ecoute, j’ai fait mon maximum pour te prévenir, mais maintenant … démerde toi !

Ca l’a bien fait marrer quand il a eu le message. Au moment ou le téléphone a sonné il était en train d’essayer de comprendre l’histoire clinique du patient (qui avait apporté son dossier de Sens d’ailleurs). Mon collègue n’a pas répondu au téléphone pour ne pas .. perdre de temps.

Et après avoir passé une heure sur le dossier, il a envoyé le patient aux urgences, bien sur !

Lequel patient a reçu les culots globulaires qu’il méritait (le samedi), a été hospitalisé, vu par le gastro de garde qui a prévu de nouveaux examens le lundi (il n’y a toujours pas de saignement extériorisé). Eh bien.. il a signé sa pancarte le dimanche.

Je crois qu’on ne se méfie pas assez des patients nomades, ceux qui disent ne rien comprendre. Et qui manifestent un mécontentement permanent envers les médecins. Ils sont assez fins pour se foutre de la  gueule du corps médical.

Celui la , il a tout de même intérêt à se faire prendre en charge correctement, sinon il va mal finir avec son hémoglobine qui chute. Et il ne manquerait pas alors de nous reprocher la manière dont on l’a pris en charge. 

La seule attaque que j’ai eu d’une famille a été dans le même contexte. Ils n’ont pas trouvé la clinique a leur gout, ont été se faire prendre en charge ailleurs, et ailleurs le patient est décédé. Et c’est nous que l’on a attaqué ! Tous les médecins qui l’avaient vu et exploré. 3 praticiens. Nous avons gagné a la conciliation, sans aucune zone d’ombre. Mais c’est galère ! Les patients choisissent de ne pas venir vous revoir et ensuite vous attaquent pour défaut de prise en charge.. et ce genre d’attaque est recevable .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s