Ethique et cancer

undefined

J’ai assisté aujourd’hui au premier colloque  « Ethique et Cancer » organisé par la ligue contre le cancer.

C’est le Pr Axel Kahn qui définit l’éthique: réflexion sur ce qu’est « l’action bonne » associée à la réflexion sur les valeurs de l’action bonne. L’éthique, c’est donc la morale de l’action dans la vie réelle.

4 ateliers successifs ont réuni des intervenants que j’ai tous trouvés de grande qualité. Des médecins, des cancérologues, des journalistes, des anthropologues, dont les observations sont passionnnantes. Des patients intervenaient dans 2 ateliers, et la profondeur de leur réflexion était captivante

Les 4 ateliers concernaient la consultation d’annonce, la problématique des essais cliniques proposés aux patients, un atelier de questionnement sur la prise en charge des personnes « vulnérables » et enfin un atelier animé fut consacré à la problématique de la communication grand public.

Je voudrais noter ici quelques paroles notées pendant ces débats qui vont me permettre d’alimenter mes propres réflexions, et peut-être les votres aussi:
– une patiente:  » ce que je croyais quand je n’étais pas malade »
– observation d’anthropologue: à propos de l’annonce: le médecin préjuge de la volonté de savoir et de l’aptitude à entendre et à comprendre, selon la présentation socio-professionnelle du patient. Le médecin a tendance à considérer le patient a travers le prisme de l’appartenance sociale et du milieu culturel.
– Le déni de certains médecins est un recours systématique au « mal-entendu »
– il faut accompagner l’aptitude du patient à entendre et à comprendre.
– avant tout chercher à ne pas nuire
– les patients doivent continuer à vivre une fois le mal nommé
– une fois affiché comme cancéreux, le patient doit être rétabli dans son statut.
– Il y a plusieurs niveaux d’information d’un patient. On doit respecter le choix du patient sur le niveau à atteindre, ainsi que son choix de gestion par lui même de certains niveaux d’information
– informer un patient ne le rend pas nécessairement acteur de sa maladie ou de son traitement.
– Il y a un intérêt des soignants à ce que le patient soit formé et informé (baisse de l’anxiété, augmentation de la confiance et de la compliance)
Le consentement du patient est un consentement « résigné » et non pas un consentement « éclairé »…
– la proposition de rentrer dans un essai clinique constitue pour le patient une « charge d’espoir », y compris s’il s’agit d’un médicament de phase 1 au stade expérimental.
– le terme de « vulnérabilité » ne recouvre pas seulement l’aspect financier
– les médecins ont une représentation des malades vulnérables biaisée : le mécin juge trop facilement qu’il s’agit d’un problème psychiatrique ou d’un refus de soins

Je vais garder mes commentaires sur les autres ateliers pour un autre soir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s