prescription a l’hopital (privé)

Le toubib m’a posé une question à propos de l’article « audit de médicament ».

même en recopiant on endosse la responsabilité de la prescription, non ? j’ai toujours trouvé délirant qu’y compris en hospitalier, il n’y ai pas un MG prévu pour n lits chargé de ce suivi, en chirurgie pour la prescription de la durée, effectivement difficile en établissement, j’avais pour ma part appris à mettre « une fois », « un jour » comme interne et je croyais cela obligatoire ???


Je réponds
1- à propos de recopiage, les infirmières n’ont pas le droit de copier les médicaments. La prescription doit donc se faire sur un document qui autorise la tracabilité de l’administration du médicament par l’infirmière.
Le temps de la pancarte, c’est fini !
Si jamais le médecin n’est pas présent, et en cas d’urgence, l’infirmière peut prendre les prescriptions par téléphone, mais le praticien doit les valider dans les 24 heures suivantes, en venant physiquement signer de son nom.
Il est exact qu’il faut noter la durée de prescription, mais c’est rarement fait chez les hospitalisés. N’oublions pas qu’une grande partie des prescripteurs est bien plus âgée que vous et a du mal a changer ses pratiques

2- Question sur la présence d’un médecin généraliste en chirurgie
    = très intéressante question !

    On parle du privé, il n’y a donc pas d’interne, pas de petite main pour faire tous les jours la visite. C’est le chir qui doit passer voir ses patients tous les jours
    – la sécurité sociale n’accepte pas de rémunérer les visites itératives d’un MG auprès de patients hospitalisés , qui sont considérés sous la responsabilité d’un chirurgien. Elle considère que le chir est payé pour cela durant le temps de l’hospit, que c’est donc son boulot de prescrire lui même pour ses patients.

    – d’autre part, quel médecin généraliste normalement constitué pourrait accepter de servir de prescripteur aux chirurgiens. Il semble qu’il aurait rapidement l’impression d’être la personne à tout faire, voire le larbin.

Donc toubib, dans ma clinique, on a déja eu l’idée. Mais on a eu beau la retourner dans tous les sens, ça ne peut pas marcher actuellement.
On a pensé aux spécialistes alors. Des internistes, il y en a si peu , et ce sont surtout les maladies gore avec des anticorps dans tous les sens qui les intéressent. Des gastro ? ils refusent ! ils préfèrent tous bien entendu faire des actes que des consultations, question rentabilité, je n’ai pas besoin de vous expliquer !

On demande donc aux chirurgiens de tout faire. Les anesthésistes dans les établissements se sont désengagés du suivi post op des patients au dela de la 48è heure post op, considérant que cela ne relève plus de l’anesthésie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s