quand la médecine est politique

Hier soir, fusion de 2 réseaux pour obtenir la création d’un nouveau réseau commun, et élection du CA

les 2 réseaux concernés sont
– un réseau inter-établissement de cancéro
– un réseau de ville de soins palliatifs

Manière de voter: on devait élire 18 membres, et 26 se présentaient
Ce n’était pas obligé de laisser 18 noms sur le bulletin, il était possible d’en rayer autant que l’on voulait

Le réseau de ville de soins palliatif, absorbé par l’autre réseau n’était pas content, malgré une préparation de longue date à cette fusion. Ils l’ont fait savoir par la bouche de leur représentant. Celui ci a argumenté sur les mauvaises relations médecine de ville, médecine hospitalière. La suite de l’histoire va montrer comment il s’emploie à les détériorer savamment. Seuls 3 ou  médecins du réseau de soins palliatifs. étaient présents, les autres membres présents étaient des paramédicaux

Le réseau oncologique, lui, diversifié, avec notamment beaucoup de médecins présent, est un réseau qui commencait à marcher. Si les relations entre les hopitaux public-privé avaient été difficiles à instaurer, elle commençaient à prendre une dynamique positive

Je travaille dans une structure privée, la plus grosse du département, plus du 1/3 de l’activité cancéro du bassin de vie concernée.
3 médecins et un Kiné de la clinique postulaient pour l’élection au CA

Et c’est à ce moment que la politique rentra en scène….

 En fait, les membres du réseau soins palliatifs sont arrivés en nombre, avec beaucoup plus de membres, de procurations, etc. Ils voulaient non seulement prendre le pouvoir, mais également faire barrage au plus gros établissement de la région

Résultat: au CA de notre nouveau réseau onco +soins pall, aucun membre du plus actif établissement en oncologie de la région

Nos noms ont été barrés systématiquement sur tous les bulletins de leurs votants, totalement indépendamment de nos compétences, puisque j’ai personnellement une implication importante dans les activités cancéro du réseau.

Nous avons été foutus à la porte.

On se le tient pour dit, mais ça ne va pas faire fonctionner le réseau comme prévu ça.
Car se taper des groupes de travail dans une banlieue glauque le soir après le boulot, pour un réseau dont aucun de nous n’est au CA…non merci, ça !

Comme en politique, quand c’est l’adversaire qui a gagné, on va s’employer à lui mettre des bâtons dans les roues, a le critiquer en permanence, et à gagner les prochaines élections !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s