Ego surdimensionné

Certains praticiens de mon établissement  ont un ego totalement surdimensionné. Enfin, pas mal de médecins ont on égo important, mais chez nous ceux qui le font savoir à tout moment, ce sont nos amis les chirurgiens… « nous les chirurgiens » comme ils disent !

Ils s’imaginent des choses à peine croyables, datant d’une époque révolue, et même pas formidable

– ils pensent que ce sont eux qui recrutent les patients, alors que la structure gigantesque et magnifique dans laquelle ils travaillent est le plus grand pourvoyeur de leur notoriété. Imaginent t’ils un seul instant que les gens viendraient autant les voir s’ils n’avaient pas les moyens de communication et les moyens logistiques qui sont mis à leur disposition.

– ils trouvent que l’on fait peu de cas de leur présence , de leur génie, dont témoigne le simple fait d’être chirurgien. Certes ce métier est extrèmement difficile, et différent. Mais un métier de cette sorte, autant à part et différent soit il, ne fait pas d’eux des êtres différents, et pas non plus supérieurs

– Ils geignent à propos de la moindre contrainte, en argumentant des innonbrables obligations qui s’additionnent. Dès lors que le comportement de l’encadrement, ou de la direction dont je fais partie, n’est pas conforme à leurs attentes, c’est à dire quasiment tout le temps, « nous les chirurgiens » se sent floués , bafoués , par l’attitude inélégante, selon eux, qu’on leur oppose. Nous sommes aussitôt mis en accusation, au motif totalement logique de la part d’un adulte responsable ayant fait des études supérieures, et capable de faire de la chirurgie de pointe dans des conditions extrèmes: « nous détruisons leur motivation », nous « entretenons une ambiance épouvantable ».

 
« Nous les chirurgiens » exerce un art difficile, mais manie facilement l’art pourtant subtil de la critique. Ils devraient exercer leur finesse de ce côté parce que les coups de boutoir, les indignations quasi quotidiennes, c’est fatiguant, ça manque de nuance, ça braque, et finalement cela ne fait pas avancer les problèmes, bien au contraire.
Ils devraient faire la part des choix qu’ils ont fait. Entre revendiquer leur liberté de libéraux, et taper sans cesse sur « la direction », on ne comprend pas vraiment pour quelle raison ils éprouvent ce besoin incessant de se confronter à cet être immonde, la direction, dont ils disent ne dépendre que pour ce qui les emmerde et jamais pour ce qui les arrange.

Leurs qualités se diluent dans cette confrontation permanente avec une autorité dont la culpabilité n°1 est  de ne pas considérer le sort des chirurgiens avec compassion.

Normalement la motivation des chirurgiens devrait être bien au dessus de ces chicaneries quotidiennes.


Les chirurgiens, eh oui, sont aussi des êtres humains !! Capables de vous étouffer totalement avec leur ego surdimensionné…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s