comédie de rue

Le monde d’une rue de banlieue parisienne est certainement aussi étrange et divers que celui d’un immeuble. La vision en est évidemment plus horizontale, et en l’absence de cage ou d’escalier, les relations se font dans la rue.

Aussi dans notre petite rue, se produisent à chaque instant des scènes de théâtre, allant de la tragédie à la comédie

–  tragédie, quand on voit les pompiers casser la fenêtre d’un petit immeuble de 2 étages, parce que le grand père ne répond plus aux voisins qui s’occupent de lui
– tragi-comédie, quand ma belle soeur croise le voleur sortant de la maison qui se trouve presque en face de chez elle. Elle n’en connait pas encore les nouveaux habitants, et un jour, un gars fracasse le portail pour sortir avec un énorme paquet sur le dos. Comme elle tombe nez à nez avec lui, il lui explique calmement qu’il en a marre de sa femme et que cette fois il a décidé de se tailler pour de bon. Puis il enfile tranquillement les 200 mètres de notre rue bien droite, avant qu’elle ne réalise qu’il ne s’agissait en fait pas du nouveau voisin
– samu comédie, quand notre vieux voisin d’en face fait un accident cérébral. Et ouf, revient tout joyeux quelques semaines plus tard, c’était un hématome sous dural qui a été opéré en urgence. Ca je sais, car j’ai téléphoné plusieurs fois à l’hôpital avec son fils, venu me solliciter du fait de mon métier
– santé comédie, quand tour à tour les voisins de la rue me sollicitent pour des problèmes de santé. J’ai fait déja des coloscopies à certains d’entre eux. J’en ai fait opérér, de diverticules, de l’appendicite… mais pas seulement dans ma spécialité: aussi de la hanche et du bassin après chute sur terrasse, etc
– création d’enfer, quand les casse pieds bloquent les places devant leur maison, au nom du seul motif qui leur parait valable: la place est devant LEUR maison
– création musicale, quand pour la millième fois la sirène d’alarme de la voisine mal réglée depuis 10 ans, se met à hurler, et qu’il faut une fois encore aller l’éteindre. Vengeance musicale, quand l’alarme reste bloquée en pleine nuit chez elle, alors qu’elle est la, et qu’il lui faut faire venir un dépanneur en urgence (la voisine est quand même notre copine)
– et puis les échanges. De parole, de matériel de jardinage. Nous avons une grande pince coupante à rallonge, utile pour tailler les haies hautes, qui circule tellement de maison à maison que l’on a du mal à la retrouver en cas de besoin.  Désolé, voisin , puis je emprunter MA pince ?

Cela fait 20 ans que nous habitons dans la rue. Je mets parfois TRES longtemps à aller au bout de la rue, avec un arrêt discut à chaque personne croisée, à force, on  les connait tous.

J’adore ça, …vraiment…

Une réflexion sur “comédie de rue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s