la vraie patience

Est celle du médecin qui attend qu’une grand mère effeuille toutes les couches de ses pulls, tricots, lainages, sous pulls, chemises de corps, collant, chaussures à lacet, 

puis qu’elle se tortille pendant une éternité, emmelée dans le collant, pour faire l’ascencion pénible des 2 marches qui mènent sur la table d’examen,
 
sur laquelle elle atterrit invariablement à genoux, ou à l’envers

2 réflexions sur “la vraie patience

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s