petites mamies

Il y a des jours comme aujourd’hui, ou tous les malades paraissent (sont ?) sympathiques ! J’ai rencontré en consultation tout l’après midi, une succession de petites mamies, fardées, poudrées, pomponnées ou non, toutes mises sur leur trente et un pour venir voir le médecin.

 

J’adore les colorations dans des roux improbables, les mises en plis dans lesquelles on devine encore la forme du rouleau. Les joues douces sous les tartines de poudre, sorties du poudrier de ma grand-mère. Les chemises à petit col rond, en synthétique ou en soie, c’est selon. Le petit collier de perle, ou la chaine avec la photo ou la croix. Et même , pour une seule d’entre elle, un soutien gorge de jeune fille, tout en couleurs.

 

Toute petite mémé vue en consultation est une histoire à elle seule. Et son accompagnateur est une présence de densité variable. C’est la fille de 40/50 ans qui s’impatiente des réponses à côté des questions, des digressions, des bafouillis. C’est le mari qui stresse à l’idée de la maladie de sa femme, d’une femme habituée de longue date à tout encaisser. C’est le couple bavard, comme les anciens bouchers de la ville d’à côté ; Un débit de parole impressionnant, le temps pendant une consultation de raconter qu’ils avaient connus le Dr Truc que vous connaissiez bien et qui est parti vivre à Toulouse (euh, non, à Nancy !) , et les parents du Dr Truc qu’ils connaissaient très bien aussi. Et puis comment ils ont vendu la boucherie parce que c’était pas facile, le commis a pas voulu l’acheter, faut dire que sa femme était pas commerçante pour 2 sous, et les gens ne voulaient pas de l’appartement au dessus, alors finalement la boucherie est devenue un restau japonais. Et au moment de régler, par carte, ah ma brave dame, nous qui étions pas modernes, eh bien la carte on l’a prise une année au Noël, et figurez vous que ça nous a monté notre chiffre d’affaires de 20% ! en un mois, vous vous rendez compte, docteur ? Une coloscopie , ah oui, quand ça vous arrange docteur, nous on n’est pas comme ces retraités râleurs et méchants et jamais contents, on est disponibles tout le temps.

 

De quoi se réconcilier avec la vie, et se laver de toutes les émotions. De quoi se recentrer sur mon vrai métier, la médecine. De quoi oublier mon divorce d’avec le management. Hier, j’ai donné ma démission , fin d’une histoire …..

Une réflexion sur “petites mamies

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s