Les douleurs abdominables

 J’ai mal au ventre, pourquoi moi ?

Saura-t’on, un jour, répondre à cette simple question, posée par tant de personnes:

J’ai mal au ventre…. Pourquoi me dit-on que je n’ai rien …. ?

Aujourd’hui, vous allez croiser 5, 10, 100, 1000  personnes.   Avez-vous un seul instant imaginé que la moitié d’entre eux a présenté au moins un symptôme abdominal gênant dans la semaine passée !

Si vous partez en voyage, il en sera ainsi, dans tous les pays du monde, .

Les divers troubles dont se plaignent les gens ressemblent t’ils aux vôtres ?  Ballonnements, gargouillements, excès de gaz,  transit intestinal désordonné, mais surtout, symptôme numéro un, des douleurs…

On estime à  11%  en moyenne la fraction de la population mondiale présentant des troubles atypiques, nommés  « troubles fonctionnels intestinaux », ou « colopathie fonctionnelle ». Ceux que l’on étiquette « colopathes » sont gênés dans leur vie quotidienne, parfois très gênés, même, mais ne sont pas considérés comme porteurs d’une vraie maladie accessible à un traitement. Ces troubles représentent pourtant la première cause de consultation en médecine générale, et entre le tiers et la moitié des consultations d’un gastroentérologue.

Un premier mystère mal compris. Certains se plaignent continuellement, multiplient les recours médicaux, tandis que d’autres s’accommodent de leurs troubles sans consulter. Un autre mystère: comment affirmer la bénignité ? Pour le moment, la seule preuve que c’est bénin vient d’une constatation. Les douleurs n’empêchent pas de vivre de longues années, sans vrai retentissement sur l’état général, donc ce n’est pas une maladie grave.  Cette caractéristique constitue à ce jour la seule preuve autorisant les médecins à expliquer que la colopathie fonctionnelle est une « non-maladie ».

Une situation paradoxale, n’est-ce-pas !  Tant de gens continuent à se plaindre, à demander du soulagement, et on se contente de leur assurer : « vous n’avez aucune maladie identifiée, nous disposons de quelques médicaments, mais aucun ne sera miraculeux.. »

Les médecins, comme les patients, s’attachent au concept de douleurs abdominales issues de mystérieux, profonds et inexplorables dysfonctionnements de ces mètres de  tuyaux cachés dans les profondeurs abdominales.

Il est vrai que ne rien trouver de grave, ne pas arriver à soulager durablement les patients atteints de douleurs abdominales rebelles, est une situation complexe à gérer. Autant par le patient, que par ses médecins. Le patient ne comprend pas l’impuissance de la médecine moderne. Le médecin aimerait bien pouvoir soulager, mais il n’a pas les clés étiologiques ni les médicaments radicalement efficaces.

Un premier détail abdominal a probablement son importance dans les douleurs. Le ventre est loin d’être une simple tuyauterie interne.  Le tube digestif est innervé, entouré de nerfs, de muscles, emballé dans une cavité dont les parois sont musculaires et tendineuses.

Un autre détail n’est pas à négliger dans la recherche des causes de douleurs abdominales. Que serait un ventre sans un dos et des os ?  Rien ne tiendrait si une colonne vertébrale, un thorax et un bassin bien solides ne maintenaient pas le ventre. Et le dos rappelle bien souvent au ventre sa présence, se permet de faire savoir que sans sa colonne vertébrale et tous les nerfs qu’il véhicule, eh bien, le ventre ne fonctionnerait point. Ingénieusement, afin de ne pas se faire oublier, le dos peut aussi projeter des douleurs vers l’avant, s’amusant à  tromper son monde. Ah, tu croyais avoir mal au ventre ? eh bien non, c’est ton dos qui s’exprime à cet endroit…

Enfin, et surtout, ce qu’on vous serine depuis tant d’année, l’histoire du cerveau abdominal, eh bien, ce n’est pas une invention grammaticale. Le concept de cerveau abdominal devient chaque jour un peu plus une vraie réalité.  Il y a autant, voire plus de neurones dans le tube digestif que dans le cerveau, et ceux-ci semblent avoir une importance jusqu’à présent radicalement ignorée. Un monde de découvertes est en train de s’ouvrir.

Alors, si vous avez mal au ventre, n’accusez pas trop vite votre estomac ou vos intestins,  dépassez le concept réducteur des dysfonctions de tuyauterie, n’imaginez pas qu’un symptôme = une cause. Faites un détour vers un modèle de ventre intégré, et voyez aussi si vos muscles abdominaux, votre dos, vos émotions ne portent pas la clé des troubles qui vous agacent au quotidien

Si j’écrivais un texte dont l’introduction était la suivante, auriez vous envie de lire la suite ? 

Une réflexion sur “Les douleurs abdominables

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s