Consulter directement un médecin spécialiste est tout à fait permis !

En ces temps de disette médicale, il me semble que les patients devraient avoir une meilleure connaissance des accès auxquels ils ont droit, notamment vers les spécialistes.

Normalement, toute personne malade cherche une porte médicale ouverte, et si possible rapidement. Il veut voir un médecin généraliste, ou bien un spécialiste. Comment s’y prendre pour voir un médecin et combien cela coûte t’il selon les modalités. 

Pour consulter, il y a, disons, 3 options:

1/ la première option est réservée à ceux dont la maladie nécessite une prise en charge sans délai. La porte de ce circuit est toujours ouverte, 24 heures sur 24, 365 jours par an, et son recours est totalement gratuit. Ce sont les Urgences, avec un grand U

Malheureusement, il arrive que pas mal de gens confondent urgent avec pressé, et du coup, cette porte étant trop étroite pour accueillir tous les gens pressés, il y a souvent encombrement, et énervement de part et d’autre. Les médecins s’agacent, car ils estiment que les patients pouvaient attendre un médecin disponible en ville, et les patients s’exaspèrent, parce qu’ils pensaient régler leur problème au plus vite, mais qu’ils passent finalement des heures à poireauter pour un petit truc.

2/ Seconde option si l’on est malade: consulter son médecin traitant. Le médecin généraliste reçoit en général dans la journée les malades vraiment malades, mais il n’a que 2 mains, 2 pieds et un seul cerveau. Il ne peut donc pas voir sans délai, entre 2 comme disent les patients, tous ceux qui veulent une consultation, pensant qu’il faudra 2 minutes pour traiter leur problème en 20 minutes en réalité.

Il y a donc souvent un délai pour voir en consultation son médecin traitant. Mais ce délai excède rarement quelques jours, et est supportable dans la majorité des cas, sauf pathologie aigue bien sûr… et gens pressés.

Quelques fois c’est plus compliqué. Le médecin prend, comme tout le monde, des vacances. Et les remplaçants se font rares.  Le médecin a comme tout le monde une famille, et donc il/elle n’a pas la possibilité de rester tard le soir. Le médecin a comme tout le monde une santé, et donc il/elle est fatigué après avoir reçu plus de 20 patients avec 20 problèmes différents, et un flot de questions par patient. Il/elle n’est donc pas toujours disponible pour toutes les demandes de rendez-vous.

Quelques fois, c’est encore plus compliqué. Le médecin généraliste a pris sa retraite, et n’a pas de successeur. Les autres méd gé du coin refusent les nouveaux patients car ils sont débordés.

Aussi, souvent, dans ces cas compliqués ou le médecin traitant n’est pas disponible facilement, voire a refusé l’orientation vers le spécialiste, la tentation du recours direct au spécialiste se fait grande, car le patient est généralement capable d’identifier par lui-même l’organe qui le tracasse. Et c’est ici que commence les fausses idées. Les gens n’osent pas aller vers un spécialiste directement, ils croient qu’il faut un laisser-passer, le bien dénommé courrier du médecin traitant. Combien de patients vont consulter leur généraliste juste pour obtenir ce sésame qui, croient-ils, leur ouvrira la porte du spécialiste…

3/ Et pourtant : le recours au spécialiste en France est autorisé directement à tous les patients.

Point d’obligation d’avoir un courrier de médecin traitant pour que s’ouvre la porte d’un cabinet de spécialiste. Tout patient est autorisé à prendre rendez-vous directement.

Si la sécurité sociale a réglementé ce qu’elle appelle le parcours de soins, c’est pour que les personnes aillent consulter en priorité leur médecin généraliste afin d’avoir un médecin qui les connait, centralise les éléments médicaux de leur dossier. Mais elle n’a pas interdit de voir un spécialiste directement. Elle a seulement mis une limite financière pour ceux qui veulent consulter directement certains spécialistes.

En effet, cette limite financière ne concerne pas tous les spécialistes. Certains sont « en accès direct » Dans le cadre du parcours de soins coordonnés, toute personne peut consulter directement, sans être orienté au préalable par son médecin traitant, les médecins spécialistes suivants :

  • gynécologue,
  • ophtalmologue,
  • psychiatre ou neuropsychiatre, seulement si le patient a entre 16 et 25 ans
  • stomatologue

Pour tous les autres spécialistes,  si un patient décide de le consulter sans passer par l’étape médecin traitant, la seule punition est financière.  Détail  de la sanction:

  • Le spécialiste consulté hors parcours a droit d’augmenter le tarif de la consultation de 5 euros
  • Ces 5 euros supplémentaires ne sont pas remboursés par la sécurité sociale ni la mutuelle
  • De plus, la consultation en elle-même est moins remboursée par la sécurité sociale, elle est prise en charge à hauteur de 30% au lieu de 70% habituellement

Exemple : consultation hors parcours avec un spécialiste de secteur 1 : prix 35 euros

  • Remboursement sécu : 30% de 30 euros soit 9 euros. Remboursement mutuelle : 30% aussi soit 9 euros. Remboursement total : 18 euros sur 35. Part du patient :  17 euros

Par comparaison, en parcours de soins : prix de la consultation 30 euros, remboursement sécu 70% soit 21 euros, remboursement mutuelle le reste, coût 0.

Bon d’accord, ça coûte plus cher, mais ce n’est pas interdit.

Dans notre pays, on a trouvé mieux qu’une interdiction : faire payer les gens pour leur santé. Que ce soit bien clair: C’est la sécurité sociale qui y gagne. En pénalisant financièrement, elle pousse les patients a respecter le cercle vertueux du parcours de soin généraliste vers spécialiste et patient et diminue ainsi le nombre de consultations de spécialistes mieux tarifées que celles de généralistes. Par ailleurs, la sécu a aussi grand intérêt à ce que les patients aillent chez le spécialiste en direct et hors parcours. D’une part elle rembourse moins la consultation du spé, mais en plus elle n’a pas à rembourser la consultation préalable du généraliste !

En résumé, l’accès direct à tous les spécialistes est totalement autorisé et sans exception, mais sanctionné d’un moindre remboursement dans sauf gynéco, ophtalmo, psy dans quelques cas, et stomato.  Avoir un reste à charge payé de sa poche semble tellement anormal, que peu de personnes osent ou acceptent se lancer dans la démarche de consulter un spécialiste en direct, alors que c’est tout à fait légal et permis !

Juste une remarque importante:  dans le cas d’une consultation en accès direct chez un spécialiste, il est néanmoins vivement recommandé d’en informer à posteriori son médecin traitant, puisque c’est lui qui coordonne la santé globale de son patient. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s