II- Comment gérer la rentrée 2020 avec le problème du Covid

1) Vous avez des symptômes de Coronavirus

  • S’isoler aussitôt jusqu’au résultat du test totalement
    • Si l’isolement total n’est pas possible,  en cas de contact avec d’autres personnes à l’extérieur :  porter systématiquement un masque
  • Contacter son MT pour un arrêt de travail ou une mise en télétravail et une ordonnance PCR
    • Si l’on n’a pas de médecin traitant, on peut appeler le 09 72 72 99 09 (service gratuit + prix de l’appel, ouvert 7 jours sur 7, de 8 h à 19 h) pour être orienté vers un médecin généraliste volontaire pour recevoir, pendant la période de l’épidémie, des patients potentiellement atteints du Covid-19 n’appartenant pas à sa patientèle habituelle.
  • Prendre RV pour la PCR le plus rapidement possible
  • Lister les personnes de son entourage familial, amical, professionnel avec qui on a été en contact rapproché sans masque (personnes sous le même toit, collègues partageant le même bureau …) 2 jours avant le début des signes de la maladie jusqu’à la mise en isolement.

2) Cas contact 

Cela veut dire que vous avez eu un contact rapproché, sans masque, de plus de 15 minutes, dans la même pièce, avec une personne.

  • Dès que vous avez connaissance d’un possible contact vous concernant: porter systématiquement un masque en intérieur comme en extérieur ou mieux rester chez soi les 7 jours suivants, en attendant de faire le test
  • Prévoir un rendez-vous de test PCR à 7 jours après le dernier contact avec la personne malade
  • Si des symptômes apparaissent dans cet intervalle de 7 jours, faire le test immédiatement, ne pas attendre
  • Après réalisation du test : toujours rester chez soi en attendant le résultat
    • Si le test est positif, voir chapitre recommandation Covid +
    • Si le test est négatif : rester confiné encore 7 jours après le test, mais avec ce que l’on appelle des consignes allégées puis reprendre une vie normale, avec masque après 7 jours si aucun symptôme n’est apparu
    • Si le résultat du test est négatif, et si vous ne vivez pas avec la personne malade, les mesures d’isolement sont allégées mais doivent être poursuivies, par sécurité, jusqu’au 14e jour après le dernier contact avec la personne malade.

3) Vous vivez sous le même toit qu’une personne malade

Même si vous n’avez aucun symptôme, vous devez faire le test de suite

  • Si le test est positif, voir chapitre recommandation Covid +
  • Si le test est négatif : vous devez faire comme le malade : rester en isolement tant que le malade est symptomatique puis encore 14 jours après guérison du malade ou bien renouveler le test 7 jours après la guérison du malade et rester isolé jusque-là. Si le test est à nouveau négatif et si vous ne présentez aucun signe de la maladie, vous devez rester isolé encore 7 jours, mais les mesures d’isolement peuvent être allégées.

4) Vous êtes testé positif au SARS COV2

  • Si vous êtes testé positif mais n’avez pas de symptômes : isolement 8 jours après le test positif.

5) Levée d’isolement

  • Malade avec symptôme : jusqu’à la guérison c’est à dire au minimum 8 jours après l’apparition des premiers signes de la maladie (ou 10 jours pour les personnes à risque élevé de faire une forme grave de la maladie) et 2 jours après la disparition de la fièvre ou des difficultés respiratoires.
  • Positif sans symptôme : la levée de l’isolement peut se faire le huitième jour à partir du prélèvement nasal (et non pas du résultat du test).
  • Dans tous les cas, pas de levée d’isolement si fièvre supérieure à 38° dans les dernières 48 h
  • Dans tous les cas, pas besoin de refaire un test à la sortie de l’isolement
  • Si vous toussez encore, mais sans fièvre, ce n’est pas un bon critère, car il peut persister une toux irritative plusieurs semaines après la guérison (comme pour toute infection respiratoire)
  • La levée d’isolement doit systématiquement se poursuivre par un isolement allégé

6) Isolement allégé

  • sortir systématiquement de son domicile avec un masque et limiter ses sorties au maximum,
  • ne pas reprendre le travail hors télétravail et ne pas prendre les transports en commun,
  • ne pas avoir de contact avec des personnes fragiles, même en prenant des précautions : personnes âgées de 65 ans et plus, porteuses d’une maladie chronique, présentant une obésité importante ou femmes enceintes au 3e trimestre,
  • continuer d’appliquer les gestes barrières comme d’habitude : lavage fréquent des mains, utilisation de mouchoirs à usage unique, maintien d’une distance de plus d’un mètre avec les autres personnes.

7) Personnes vulnérables

Vous êtes considéré comme vulnérable si vous vous trouvez dans l’une des situations suivantes :

  • Être âgé de 65 ans et plus 
  • Avoir des antécédents (ATCD) cardiovasculaires  : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV
  • Avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications
  • Présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale : broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment
  • Présenter une insuffisance rénale chronique dialysée
  • Être atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie
  • Présenter une obésité (indice de masse corporelle > 30 kgm2)
  • Être atteint de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins
  • Présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie
  • Être au 3me trimestre de la grossesse.

C’est également le cas si vous êtes atteint d’une immunodépression congénitale ou acquise :

  • Médicamenteuse (chimiothérapie anti-cancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive)
  • Infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3
  • Consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques
  • Liée à une hémopathie maligne en cours de traitement.

Vous êtes concerné aussi si vous habitez avec une personne vulnérable présentant un risque de développer une forme grave de l’infection au Covid-19,

Comment se déclarer personne vulnérable ou conjoint

  • Pour les personnes vulnérables : Possibilité d’auto-déclaration  sur la plateforme mise en place à cet effet par l’assurance maladie : dans ce cas, la caisse transmet systématiquement un certificat d’isolement
  • Si pas de possibilité d’autodéclaration sur la plateforme de l’AM  ou si cohabitant avec une personne vulnérable : certificat d’isolement. (pour modalités d’arrêt voir chapitre 8 )

A noter : Patients vulnérables : la consultation post-confinement continue d’être remboursée à 100 % jusqu’au 15 septembre 2020

8) Certificat d’isolement

Le certificat d’isolement à faire par le médecin concerne uniquement les salariés

Certificat comportant les informations suivantes :

  • Lieu et date d’émission du document
  • Identification du médecin
  • Identification de l’assuré (Nom, prénom, date de naissance)
  • Mention « Par la présence, je certifie que M/Mme X doit, compte-tenu des recommandations sanitaires, respecter une consigne d’isolement le conduisant à ne plus pouvoir se rendre sur son lieu de travail. »
  • Signature/cachet

Cette procédure peut être réalisée par voie de téléconsultation auquel cas le médecin adresse le certificat à l’assuré (par mail ou courrier) afin que celui-ci puisse le communiquer à son employeur

9) arrêt de travail

voir le post suivant ! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s