Mr Macron, je vous soumets MON idée pour résoudre la crise des gilets jaunes…

Je suis perplexe face au mouvement des gilets jaunes, et je ne crois pas être la seule.

Depuis 3 semaines, il se passe quelque chose en France. Soudain, l’expression des émotions est non seulement possible mais relayée. Il n’y a qu’à mettre une surveste jaune et descendre dans la rue.

Les médias se délectent de toutes ces opinions négatives. A moi, pourtant, il me semble qu’une large fraction des  interviewés se créent leur propre réalité, et, du coup, en parlant de leur vérité, passent à côté de celle de l’autre et surtout à côté des réalités du pays.

Bref, les gens espèrent un monde de douceur sucrée. Mais,  un peu comme les prof qui attendent toute leur vie la classe composée uniquement de premiers de classe, tout un chacun vit des journées dans le stress, les difficultés émotionnelles, relationnelles et en plus financières. Ce n’est plus de l’argent que l’on encaisse au quotidien, mais des émotions : douleurs, peines, inquiétudes, frustrations, privations, exigences, demandes émotionnelles, violence, irrespect.  Continuer de lire « Mr Macron, je vous soumets MON idée pour résoudre la crise des gilets jaunes… »

« Au coeur du système de soins…

Je vais ce soir m’arrêter quelques instants sur cette notion, encore une fois resservie dans la récente stratégie nationale de santé, de médecine  « recentrée sur le patient ». Le patient sera une nouvelle fois « au cœur du système de soins »

Pourtant…

Cela fait tellement d’années que le patient est censé être  au cœur du système de soins… Depuis le temps qu’on le remet au cœur, pourquoi n’y reste- t-il pas, qu’il faille sans cesse le repositionner au centre du système ? Il en sort constamment du centre, on dirait, le patient ? Pourquoi glisse-t-il à l’extérieur comme ça,  bien que l’on fasse tant de cas de lui. La faute à qui ?  Pourquoi faut-il  sans cesse rappeler aux soignants étourdis que le centre de leur préoccupation est THE patient ? Bizarre, parce qu’un médecin ou tout autre soignant sans patient n’est auteur ni au cœur de rien. Donc nous savons parfaitement que le cœur de notre métier est bien le patient. Continuer de lire « « Au coeur du système de soins… »

TELECONSULTATIONS SELON LES MODALITES DE L’AVENANT 6

Voici, un point sur la téléconsultation et ses modalités pour vous aider si le sujet vous questionne, voire vous intéresse. Comme vous le verrez, c’est à la fois simple et compliqué !

Bonne lecture !

Si vous avez d’autres questions n’hésitez pas à les poser en commentaires. C’est un sujet que je connais bien, je devrais savoir vous répondre! Continuer de lire « TELECONSULTATIONS SELON LES MODALITES DE L’AVENANT 6 »

Copier-coller de 2004: tout était déja bien dit sur l’homéopathie!

Communiqué Académie de Médecine

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE

16 RUE BONAPARTE – 75272 PARIS CEDEX 06

TÉL : 01 42 34 57 70 – FAX : 01 40 46 87 55

__________

COMMUNIQUÉ

au nom de la commission II (Thérapeutique – Pharmacologie – Toxicologie)

Faut-il continuer à rembourser les préparations homéopathiques ?

Maurice GUÉNIOT*

Continuer de lire « Copier-coller de 2004: tout était déja bien dit sur l’homéopathie! »

La guerre de 3… CHoix en médecine

La médecine est un métier complexe, qui gère avant tout l’incertitude. Bien sur,  médecins comme patients attendent prioritairement de pouvoir établir formellement un diagnostic, puis d’opposer à la maladie causale le traitement adapté. 

C’est sans compter sur l’infinie diversité des maladies, sur les états polypathologiques que notre siècle apprend à gérer, parce que la vie plus longue permet aux gens d’avoir plusieurs maladies et de ne pas mourir de la première.  Continuer de lire « La guerre de 3… CHoix en médecine »

Relativité de la notion de désert médical: le couple distance/temps

Depuis un bon moment, j’avais prévu d’écrire sur la relativité de la notion de « désert médical » et d’éloignement du médecin. Je vais en profiter pour répondre sur ce point à la virulente tribune de Alain-Michel Ceretti, président de France assos, comportant des appels à la coercition des médecins, sur des arguments du genre, ils sont responsables  « Qu’une personne âgée soit obligée d’attendre la venue d’un fils ou d’une nièce pour faire les 30 kilomètres qui la séparent de son généraliste ? 

Alors, voici mon histoire de désert… et de sa relativité… Continuer de lire « Relativité de la notion de désert médical: le couple distance/temps »

On ne va jamais chez le médecin (ou chez l’homéopathe) par hasard.

Un jour j’ai décidé de prendre au sérieux toute personne se présentant à mes consultations, sans préjuger de la légitimité de sa décision de recourir à mes services. Même quand cette personne, selon les règles putatives de la médecine, n’a « rien », ou « rien de grave » comme on dit. Elle a forcément quelque chose qui ne va, cette personne, puisqu’elle a fait la démarche de venir consulter. 

Plein de gens consultent pour raisons de maladies. Mais plein d’autres aussi consultent pour raisons d’inquiétudes.  Gavés de tant de mises en garde sur ce qu’ils mangent, respirent, touchent, les gens finissent par s’inquiéter au moindre pet, au plus petit spasme, à la boite de conserve qui leur semble louche, au sandwich indigeste.  De plus, ils ont entendu parler du monsieur qui est allé voir trop tard le médecin, et est mort en 48 heures, parce qu’il n’avait pas porté attention à quelques petits symptômes. Du fils du copain du voisin, qui a rompu un anévrisme après avoir juste dit qu’il avait mal au crâne. Sans oublier le neveu qui a tourné une appendicite en péritonite parce qu’on ne prenait pas ses douleurs au sérieux. Continuer de lire « On ne va jamais chez le médecin (ou chez l’homéopathe) par hasard. »

Le supermarché de LA mesure géniale pour sauver la santé …

Sans vouloir faire la vieille qui pleure sur  le passé, je suis quand même très perplexe devant la situation actuelle. J’avoue que j’avais jusqu’à présent souvent trouvé illégitimes les plaintes du corps médical. Comment des gens faisant un métier intéressant, leur permettant de gagner bien leur vie, pouvaient t’ils ne pas être satisfaits de leur sort et ne pas se considérer comme des privilégiés. C’est une erreur de croire que les médecins forment un tout.  Non, les médecins sont comme tout le monde (comme leurs patients !) . Individualistes, voire corporatistes. Pendant de nombreuses années, motivée à faire avancer les médecins … Continuer de lire Le supermarché de LA mesure géniale pour sauver la santé …

Ok, il y a plus (+) de médecins… Mais ?

Je vous le certifie, car c’est écrit par des plumes de confiance : Il y a plus (+) de médecins

Super, excellente nouvelle, gros titre optimiste de l’étude publiée par le ministère de la santé ce début mai « 10 000 médecins de plus depuis 2012 ».
http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er_1061.pdf

Titre repris par nombre de journalistes, bien souvent tant aveuglés par cette excellente nouvelle qu’ils n’ont pas pris la peine de lire l’article dans le fond.

Il n’y a finalement pas de crise démographique titre la caisse des dépôts : « Accès aux soins – Crise de la démographie médicale : est-ce si sûr ? »
https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250281045007

Et de grands journaux comme le Monde de s’esclaffer « il n’y a jamais eu autant de médecins en activité », titre repris pas M6 info suivi du splendide commentaire suivant: Un état des lieux surprenant de la médecine en France. Une nouvelle étude bat en brèche les idées reçues. Y a-t-il réellement moins de médecins ?

On dirait que l’on voit fondre sous nos yeux ébahis le spectre apocalyptique des « déserts » médicaux MAIS ? …. Car il y a un mais, voire des mais, derrière ces titres spectaculaires ? Sinon, de quoi se plaint-on ?

Continuer de lire « Ok, il y a plus (+) de médecins… Mais ? »