« relation soignant-soigné »: ce n’est pas un carnaval masqué !

  Un manager se forme à la gestion du stress, à l’encadrement d’une équipe. Au cadre, on apprend les outils de gestion de crise. Le commercial  bénéficie avantageusement de l’apprentissage de l’écoute et de la communication client. Dans la pratique de nombre de métiers, l’outil psycho-sociologique et relationnel est désormais enseigné et (parfois) maîtrisé.

    Gestion des émotions, des conflits, management de l’accueilli, relation accueillant-accueilli, outils pour réguler le stress, formation à la communication interpersonnelle….

    Médecin qui me lis, tu te demandes ou je veux en venir, espérant avec un improbable espoir que cette introduction est totalement hors du sujet du premier carnaval des blogs médicaux, qui se propose de traiter de la relation soignant-soigné. Rien à voir, songes-tu par devers toi, moi, médecin, je n’ai n’a rien à voir avec toutes ces divagations. Je suis médecin, moi, pas psy. Point. Pas non plus cadre, pas commercial, pas VRP, pas manager.

     Je sais bien ce que tu penses, avec sincérité. Que ton métier est dur, très dur à apprendre, et consiste avant tout à faire de la médecine, ou bien de la chirurgie, des diagnostics, des interventions, des gestes techniques hyper-sophistiqués. Les médicaments que tu prescris te font bien parfois un peu peur, mais tu les maîtrises dans l’ensemble.  Toujours confronté à la détresse, tu préfères secourir celle d’un malade curable que celle de l’incurable. Face à la maladie grave, ton ressenti est plus douloureux, tu peux même montrer une certaine tendance à l’évitement, mais tu assumes. L’organique te convient souvent mieux le psychiatrique.  

     Il est probable que le paternalisme ancestral du corps médical, souvenir d’un temps pas si ancien, a probablement baigné tes jeunes années de vie… ou bien d’études, si tu as mon âge. Il y a même parfois un effluve de regret, regret de ce temps qui voyait le médecin incontesté et le malade soumis. Le patient souffrait alors seulement de sa maladie. On se préoccupait comme d’une guigne de son ressenti, de son mental, et de ses droits.

     Au cours des dernières décennies, presque à ton insu, docteur, des bouleversements majeurs sont intervenus dans la mise en scène de la relation entre ton patient et toi…  La naissance puis l’explosion des associations de patients, la colère des malades, atteints de cancers, de SIDA, justement tous ces patients difficiles et condamnés auxquels tu n’appréciais guère te confronter. La révolte de ces patients a généré des séismes, puis la mobilisation du politique qui en a fait une loi. Donc, depuis le 4 mars 2002, le patient a officiellement des droits. Droit au diagnostic, droit de savoir de quoi il souffre, droit à l information, droit au libre arbitre, partenaire actif de sa maladie et de son traitement, maintenant de son « projet de soins » en collaboration avec le corps médical. A cet effet, tout  patient doit disposer des informations nécessaires pour pouvoir comprendre et adhérer au traitement que tu lui proposes. Une nouvelle relation s’instaure entre soignants et soignés. Pas facile ?

     Nul besoin d’être un observateur averti pour constater combien cette profonde mutation dans la relation soignant-soigné n’a pas atteint sa maturité.  

    Le patient a obtenu des droits, il en redemande, et revendique parfois jusqu’au droit à la santé retrouvée, voire à la non-maladie.

     Confronté à ce nouveau patient, tu n’es plus seulement médecin, comme tu as sincèrement pensé l’être au départ. Tu es devenu un « professionnel de santé ». Désormais tu exerces à la fois un métier, médecin, et une profession, La médecine. Parfois, secoué par un tel chamboulement, tu te sens bien démuni.  Personne n’a même songé que tu ne dominais pas de manière innée les compétences de communication qui te sont désormais demandées, voire exigées. Petit à petit, au gré de ta souffrance, et de la multiplication des tâches de toutes sortes, tu dois te conformer à  ces changements inéluctables. En sus de la médecine, la paperasserie t’assaille, mais en même temps tu dois consacrer du temps, un temps suffisant, à la relation avec tes malades. Te voici contraint de donner espace aux sentiments de tes malades, alors même que tu n’as pas, ou si peu, effleuré ce sujet . Souvent, pour ne pas souffrir, tu as même appris à te retrancher derrière une carapace, éludant généralement la question de tes propres ressentis. Voici que l’on t’impose de savoir gérer ceux des patients !…

    Au moment ou tu croyais sincèrement fini le temps des découvertes, et arrivé celui de l’expérience, tu découvres doucement et parfois douloureusement la dimension relationnelle de ton métier… Une dimension d’humanité à tout jamais dénuée de la facilité du paternalisme. Une dimension qui confronte le médecin au traitement des malades et non plus seulement des maladies. Désormais, tout médecin que tu es, te voici donc bien aussi manager des patients, cadre de santé, commercial du soin… Docteur, le temps est venu pour le non verbal, les attitudes relationnelles, les croyances et l’empathie…  Une relation sans masque, l’échange soignant-soigné n’est pas un carnaval ….  Les nouveaux outils des médecins… ce seront, bien sur … les outils de COM-MUNI-CAT-ION !

 Marion L

 

 

4 réflexions sur “« relation soignant-soigné »: ce n’est pas un carnaval masqué !

  1. Bonjour, etrange de trouverces propos sur un blog de médecin accompli. Si on fait un tour sur les sites d´associations de médecine, on constate que cette notion est appreise mais décriée. Le terme meme  » on est médecin pas psy  » s´entend assez souvent. A tel point que j´ai fini par croire qu´en france ce concept ne veut pas exister. Etrange.. agéablement étrange.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s