physionomiste ?

 

Je l’ai vu une seule fois ce patient, en Mars de cette année. Il il a tardé à venir réaliser sa coloscopie. Mais ce n’est pas grave, elle n’était pas urgente sa colo, et ce n’est pas le sujet de cette note. Le sujet de cette note, comme vous le verrez, est dans la couleur…


Que je le retrouve en septembre au bloc opératoire, après l’avoir consulté en mars, ne me pose aucun problème. L’esprit sain, le conservateur de ma défaillante mémoire, est à mes côtés, et pallie instantanément à tous mes défauts neuronaux. Comme on allume la lumière, d’un simple clic il réveille mes souvenirs, parfois les réanime totalement . Parce que, généralement j’oublie à peu près dès qu’il repart de mon bureau tout patient sans particularité vu pour la première fois. A peu près comme tout médecin, voire comme toute personne amenée à rencontrer autant de gens différents dans une journée. Bien sur, dotée d’une mémoire visuelle ultra efficace, je reconnaitrai le patient si je le rencontre, mais il me sera dans tous les cas totalement impossible de lui attribuer un nom. Hélas pour moi, cela se produit parfois même avec des patients, voire des personnes de mon boulot que je connais et fréquente de longue date. Pas moyen de faire revenir leur nom en mémoire au moment ou ils se trouvent en face de moi. Si je dois les présenter à une tierce personne, quel bafouillage, parfois une bérézina.


Mon patient du bloc, je ne le reconnais pas, bien sur, pas vu depuis 6 mois, retrouvé en pyjama de bloc avec un chapeau sur la tête, et 2 minutes de discussion avant anesthésie, tout cela ne favorise pas la reconnaissance.


Après l’examen, je vais, comme toujours, voir le malade en salle de reveil.


La salle de réveil est immense, et il est toujours difficile d’y trouver ses ouailles après l’examen. Euh, là, j’avoue, quand il faut reconnaître un patient allongé, moitié endormi, chapeau sur la tête toujours, masque à oxygène sur la face, parmi 10 autres exactement identiques, ça devient un vrai casse tête.


Alors il y a des trucs simples pour s’aider. Homme ou femme, et hop, la moitié des patients ne rentre pas dans le moule. Gros ou maigre, bien que souvent il y a plusieurs malades de même gabarit.


Il y a quand même un truc qui aide bien à se repérer. C’est la couleur de peau.


Donc la, cet après midi, j’arrive dans la salle de réveil. Il n’y a que 2 messieurs correspondant potentiellement à celui que je viens voir. Les 2 sont côte à côte. Les 2 sont noirs. Et l’un d’entre eux me regarde arriver avec insistance, tandis que l’autre s’en fout. Mon choix est vite fait. Je me dirige vers celui qui semble m’attendre…


Mon patient, évidemment, …

                                  C’était l’autre …..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s