vieux rêves sans lendemain pour le moment

 

Je voulais faire partie du petit cercle de l’élite…

L’arrivée d’un nouveau dirirgeant hyper-autoritaire, sur de lui et de ses capacités, préférant s’entourer de personnes ne le contredisant pas, créant un comité de direction à peine croyable tant il méprisait le corps médical, m’a fait rapidement comprendre ce que l’on attendait réellement de moi à partir de ce changement. Un travail de chargé de mission compliant, missionné non seulement d’exécuter les ordres, mais également de prendre les coups, et la tête penchée, acquiescant dans l’ombre de cette forte personnalité.

Le problème survint rapidement. Car de forte personnalité aussi j’étais nantie, et l’opposition fut rapidement évidente.

Je sortais d’années de libre expression, de management éclairé, tenant compte de l’humain. J’étais positionnée pour continuer à gravir les échelons, dans le sens de ma carrière médicale, allant toujours vers le haut. Je n’étais pas le moins du monde disposée à accepter une position de subalterne tampon. Je n’étais pas non plus d’accord de cautionner des méthodes par trop musclées de conduite du changement, à mon sens indignes de la considération attendue envers les médecins. A mon sens aussi, indignes tout simplement, peut-être productrices de changement à court terme, mais garantes à tout coup d’échec à long terme.

J’ai su très vite que ce n’était pas possible. J’ai lutté de long mois, demandé de l’aide à ceux que j’estimais, cru trouver un terrain d’entente en me laissant affubler d’un titre ronflant, mais en réalité vide de potentialités. J’ai fini par céder, par laisser tomber une fonction que j’adorais en toute sincérité.

 

A un an de recul, j’ai digéré, mais je regrette encore. Je regrette qu’une personnalité telle que celle qui nous dirige actuellement m’ait conduit à faire ce saut, et à quitter quelque chose que j’adorais tellement faire. Je ne crois pas lui en vouloir directement, c’est la vie après tout. Ce que je voudrais avant tout c’est retrouver quelque chose de cette sorte, qui me donne autant de satisfactions et de plaisir. Je ne sais pas de quelle manière je pourrais m’y prendre. J’ai l’impression que le monde professionnel entier m’a oublié, en réalité, c’est à mes yeux que j’étais vraiment importante, mais pas à ceux des autres. Ma valeur est remplaçable, remplacée, et j’espère sans y croire que quelqu’un se souviendra un moment de mes qualités pour venir me faire une proposition. Je crois encore à ce rêve, trop triste de l’avoir quitté alors que cela me correspondait si bien.

Surtout à un an, je sais que la personne qui m’a fait ce coup pendable est face à un mur. Je suis méchante, mais mon rêve est : que son rêve à elle aussi s’écroule …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s