Douleurs abdominales, ballonnements….. et si c’était une question de FODMAPs ?

Saura-t’on, un jour, répondre à ces 2 simples questions, posées par tant de patients qui consultent pour des maux de ventre :

  • pourquoi me dit-on que je n’ai rien ?
  • pourquoi ne me donne t’on pas un traitement ou un régime efficace ?

Il parait qu’environ 10% de la population se plaint de douleurs abdominales chroniques. Première cause de consultation en médecine générale. Entre le tiers et la moitié des consultations d’un gastroentérologue.

Et pourtant, les douleurs abdominales, ces « non-maladies » n’ont jamais passionné les médecins, faut avouer, et c’est notamment parce que: .

  • Parce que tous ces gens qui souffrent et s’en plaignent n’ont aucune maladie détectable et donc soignable
  • Parce qu’on ne connait pas de véritable traitement médicamenteux efficace et radical

Après quelques examens, prises de sang, échographie abdominale, fibroscopie, coloscopie, le médecin va laisser son malade au bord d’une route jonchée de douleurs, armé de 2 bonnes nouvelles : la première, c’est qu’ »il n’y a rien de grave », la deuxième, c’est que « c’est certainement psychosomatique », et « surement du au stress ».

Quand même, depuis plusieurs années, des études s’attachent à mieux comprendre la genèse des douleurs abdominales chroniques. Parmi les nombreuses pistes explorées, celle de la motricité intestinale, celle de l’hypersensibilité des viscères, celle de la micro-inflammatoire, celle de l’interaction cerveau-intestin, aucune n’a permis de déboucher sur un traitement réellement efficace. En plus, comme ces traitements sont inefficaces, ils sont moins bien remboursés par l’assurance maladie voire pas ou plus du tout.

En consultation, les patients savent bien que les traitements ne marchent pas. Ils s’obstinent pourtant sans relâche, à toujours poser la même question : « docteur, qu’est ce que je peux manger, docteur, qu’est ce que je ne dois pas manger ? »

Et nous, à cette question, les docteurs, on ne sait pas vraiment quoi répondre. Parfois on conseille de supprimer les tomates, les choux, le pain, etc. Mais ce n’est pas scientifique, et encore moins adapté à la personne qui consulte.

Pourtant, finalement, à l’heure actuelle, comme aucune des pistes de recherche n’a permis le développement d’un traitement vraiment utile et radical, on en revient à se demander si la question rituelle des patients n’est pas finalement justifiée. La bonne vieille bouffe serait peut-être en effet responsable de bon nombre de douleurs abdominales chroniques.

Et dans les aliments susceptibles de générer des douleurs abdominales chroniques, il y a 2 pistes actuellement.

  • Le gluten, très à la mode, (et c’est peut-être justifé, j’en parlerai dans un autre post)
  • Les FODMAPS , le vrai truc d’avenir… mais ce n’est pas simple, on va le voir. Pas possible de dire à un patient comme il l’attend « arrête les tomates et tu iras mieux ! »

 Les FODMAPS, c’est quoi ?

Ce mot est un “acronyme”, qui signifie
F = Fermentescibles (rapidement fermentés par les bactéries du côlon)
O = Oligosaccharides
D = Disaccharides
M = Monosaccharides
A = And (et)
P = Polyols

Les FODMAPS sont peu ou pas absorbés par l’intestin grêle durant la digestion. En arrivant dans le colon, ils constituent une nourriture de choix pour les bactéries de la fermentation présentes dans le colon droit, avec pour conséquence, production de gaz, distension abdominales, douleur et inconfort

Simple, non, il suffit de ne pas manger de Fodmaps !

Pas si simple, parce que c’est très très répandu … et qu’il y a plein de saccharides et de polyols différents

  • les monosaccharides: le fructose en excès du glucose
  • les disaccharides : le lactose
  • les oligosaccharides : fructanes et Galacto-Oligo-Saccharides ou GOS
  • les polyols : sorbitol, mannitol , xylitol, maltitol , erythritol, polydextrose, and isomalt,

QUELS ALIMENTS CONTIENNENT DES FODMAPS ?

Principaux aliments contenant des FODMAPs

Type de sucre Sucres visés Sources alimentaires
Oligosaccharides

FOS : fructanes (fructo-oligosaccharides),

GOS : galactanes (galacto-oligosaccharides)

Blé (donc le pain), orge, seigle, ognons, poireaux, ail, échalote, artichaut, betterave, fenouil, petits pois, chicorée, pistache, noix de cajou,

légumineuses, lentilles et pois chiches, couscous, Lait de soja, protéines de soja,

Disaccharides Lactose Produits laitiers : Lait, fromages frais non affinés, les fromage blanc, frais, crème fraîche, dessert, lait concentré et produits laitiers industriels, ricotta, cottage cream, beurre, glaces.
Monosaccharides Fructose (lorsqu’il est en excès par rapport au glucose) Pomme, poire, mangue, cerise, pastèque, prune, asperge, sucre de table, miel, sirop de glucose-fructose, fruits séchés
Polyols Sorbitol, mannitol, maltitol et xylitol

Pomme, poire, abricot, cerise, nectarine, pêche, prune, pastèque, chou-fleur,

champignon, pois mange-tout , algues, chewing-gums et sucreries diverses, arômes artificiels contenant du xylitol, sorbitol etc.)

COMMENT  savoir si l’on présente une intolérance aux FODMAPS ?

Ca semble compliqué, n’est-ce pas, avec le nombre d’aliments concernés !

Vous commencez à comprendre pourquoi le médecin sera dans l’impossibilité absolue de vous dire que vous êtes intolérant à telle ou telle catégorie de FODMAPS

Pour savoir, il n’y a aucun examen biologique actuellement disponible. Pas de prise de sang magique.

La seule manière consiste, pour chacun à tester sa propre réaction aux différentes catégories de FODMAPS, en faisant tout d’abord UN REGIME sans aucun Fodmaps durant QUELQUES SEMAINES

Vous constatez donc que… le changement c’est maintenant ! depuis de nombreuses années, on vous disait inlassablement d’enrichir votre alimentation en fibres. Maintenant on va vous recommander un régime pauvre en FODMAPS !

Rassurez-vous … ce n’est pas un régime à vie. Après une phase de test de quelques semaines, plusieurs semaines sont consacrées à des tests de réintroduction.

Par contre au début, c’est plutôt restrictif …

1ère phase : commencer par 6 à 8 semaines de régime faible en FODMAPs.

Simple : enlever tous les aliments du tableau des Fodmaps !

Question efficacité ça a l’air pas mal. Dans certaines études, 70% des gens vont mieux avec ce régime, dès la fin de la première semaine, et l’amélioration augmente tout le temps du régime.

Cependant, c’est très restrictif et difficile dans la vie réelle. Au mieux, faire cela avec un vrai suivi par une diététicienne de manière à éviter les carences et la constipation. En effet, des aliments contenant des FODMAPs sont aussi riches en fibres (blé, seigle, légumes), bénéfiques pour le transit.

La durée : 6 semaines c’est l’idéal. Mais comme c’est compliqué, il est conseillé de tenir au minimum 2 semaines.

Au terme de ce régime, Si le régime n’a eu aucune efficacité, la responsabilité des FODMAPS est totalement écartée, il faut alors reprendre une alimentation normale

Au contraire, après 6-8 semaines, si le régime donne satisfaction, c’est-à-dire si les troubles sont très améliorés voire disparus, il va falloir tester chaque catégorie d’aliment, afin d’identifier celui ou ceux en cause et d’éviter des restrictions de longue durée non nécessaires.

2ème phase : Une fois les 6 semaines de régime strict achevées, et à condition qu’il ait eu une efficacité sur les troubles, commence alors le temps des tests de réintroductions

Il s’agit dans ce deuxième temps de procéder à la réintroduction successive de chaque famille de FODMAPS, une par une et les unes après les autres. Ce qui permettra de déterminer à quel groupe on est sensible, afin de l’éliminer le plus possible de son alimentation à long terme.

Pour chaque groupe de FODMAPS, il faut, sur une semaine, réintroduire graduellement de petites quantités de quelques aliments du groupe.

Réintroduction 1ère semaine : les fruits

Choisir 2 fruits de la liste Polyols . Prendre une petite quantité d’un fruit le premier jour, le double le jour suivant. Idem avec l’autre fruit

Vous avez mal ? vous ballonnez ? A l’avenir, évitez les aliments de la catégorie Polyols/sorbitol

Réintroduction 2ème semaine : polyols

Toujours des aliments riches en polyols, catégorie mannitol , champignons, pois gourmands, algues (attention aux plats préparés), chewing gums, sucreries

Choisir 2 aliments (hors fruits) de la liste Polyols . Prendre une petite quantité le premier jour, le double le jour suivant. Idem avec l’autre aliment

Vous avez mal ? vous ballonnez ? A l’avenir, évitez ces aliments (vous pourrez les tester un par un)

Réintroduction 3ème semaine : produits laitiers

Buvez 25 cl de lait demi-écrémé ou mangez un yaourt de 200 g. Faites de même 2 à 3 jours plus tard jour en doublant les quantités ou en en prenant les deux.

Vous avez mal ? vous ballonnez ? A l’avenir, évitez la catégorie lactose. Prenez du lait végétal (soja, sauf si vous ne tolérez pas la catégorie légumineuses, lait d’amandes)

Réintroduction 4ème semaine : légumineuses

Les légumineuses sont les pourvoyeuses de galactanes.

Cette semaine la, prenez un peu de lentilles, fèves, pois chiches ou haricots rouges ou blancs le premier jour, puis une quantité double 3 jours plus tard.

Vous avez mal ? vous ballonnez ? A l’avenir, évitez les légumineuses ainsi que les boissons à base de soja.

Réintroduction 5ème semaine : pain

Le pain est le contenant des fructanes, mais les fructanes sont très répandues. Espérons que vous digérerez cette catégorie

En avant pour 2 tranches de pain le premier jour, puis du pain et de l’ail 2-3 jours plus tard

Vous avez mal ? vous ballonnez ? Il faudra désormais éviter ce qui contient du blé (pain, brioche, pâtes, tartes et quiches classiques), mais aussi l’ail,, l’échalote, les oignons et l’artichaut. C’est un peu une alimentation sans gluten…

Réintroduction 6ème semaine : les autres fruits

Il s’agit maintenant des fruits contenant du fructose. Cette catégorie concerne aussi le miel.

Un demi fruit de la catégorie fructose, ou bien une cuillère de miel, puis 2-3 jours après le double.

Vous avez mal ? vous ballonnez ? évitez le miel, pomme, poire, cerise, pêche et les fruits séchés. Pour vous, ce sera plutôt fruits rouges et agrumes.

3ème phase : le reste de votre vie

Avez-vous bien noté quelque chose dans les conseils alimentaires donnés ici ???

Si vous gonflez avec une catégorie d’alimentshors de la période de régime initial, notez avec attention qu’il n’est nulle part écrit « supprimez »… il est écrit « EVITEZ »

Aucun des aliments que vous ne tolérez pas ne vous fera mourir. Aussi, évitez-les dans la mesure compatible avec une vie sociale acceptable. Si vous êtes amenés à en absorber, au moins, vous saurez pourquoi vous avez mal et gonflez.

Je vais vous faire une confidence, qui pourrait aussi être une suggestion : Ce serait moi, si je reconnaissais dans cette liste quelques aliments que je ne digère pas, ou qui ne me réussissent pas, avant de commencer le parcours du combattant d’un tel régime, je les retirerai de mon alimentation et j’attendrais de voir si je vais mieux…

Dernière remarque importante : Les malheureuses tomates, que tant de gens incriminent dans leurs troubles digestifs… ne font pas partie des aliments riches en FODMAPS ! Vous pouvez en manger tranquillement. C’est peut-être l’ail de la sauce qui vous faisait ballonner, en fait.

Dans le prochain post, je vous donnerai une liste d’aliments sans FODMAPS

 

Ce blog va migrer progressivement vers celui ci: http://cris-et-chuchotements-medicaux.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s