Attention pour ceux qui croient qu’un régime pauvre en gluten améliore leurs troubles digestifs…

Le gluten, protéine principale du blé, de l’orge, du seigle, contient notamment une protéine nommée la gliadine, qui est la responsable de la toxicité du gluten au cours de la maladie cœliaque (MC). La maladie caeliaque est une INTOLERANCE au gluten, et c’est une maladie grave. Son traitement repose sur l’éviction définitive de tout aliment contenant le gluten. Le régime d’exclusion totale est extrèmement contraignant.

La définition de l’intolérance au gluten (maladie caeliaque)

comprend

 

  • des auto-anticorps dans le sang, dirigés contre le gluten, les anticorps anti-transglutaminases,
  • et une atteinte de la paroi intestinale de l’intestin grêle, diagnostiquée par biopsie au cours d’une fibroscopie . La muqueuse de l’intestin grêle s’enflamme et se détruit progressivement au contact du gluten jusqu’à ne plus pouvoir effectuer son vrai travail d’absorption des nutriments, entrainant un véritable syndrome de malabsorption.

A côté de l’intolérance au gluten: la sensibilisation 

 

A côté de la maladie caeliaque, depuis quelques années, un certain nombre de personnes se disent SENSIBLES au gluten, décident d’effectuer d’eux-mêmes un régime sans gluten et se disent améliorés. Après une longue période de doute face à cette mode alimentaire mal expliquée car non scientifique, les médecins s’intéressent de plus près au sujet, au point de parler maintenant d’intolérance non caeliaque au gluten ou de sensibilisation non caeliaque au gluten.

L’attention a été focalisée sur le gluten en tant que coupable de déclenchement de symptômes digestifs chez des patients non détectés comme véritables intolérants. Leurs troubles sont variés et ressemblent à ce que l’on décrit dans le syndrome de l’intestin irritable (douleurs, gaz, ballonnements, transit irrégulier) en association avec des troubles plus généraux : maux de tête, douleurs articulaires, douleurs musculaires, boutons, fatigue, parfois état dépressif. Ces troubles disparaissent en grande partie sous régime d’exclusion du gluten, et réapparaissent en cas de réintroduction.

Et si en fait le vrai responsable de l’intolérance

n’était pas le gluten ??

 

Certaines personnes dont l’état s’améliore sous régime sans gluten ne seraient en réalité pas intolérants à la partie « gluten » des aliments qu’ils suppriment, mais à la partie sucres fermentescibles, Le Blé, aliment le plus testé dans les épreuves de suppression/réintroduction du gluten contient non seulement 80% de gluten, mais aussi des hydrates de carbones (amidon, polysaccharides, fructanes)… c’est-à-dire des aliments fermentescibles faisant partie des FODMAPS susceptibles d’expliquer de nombreux troubles digestifs chroniques. Certains produits contenant du gluten, notamment de nombreuses céréales, sont aussi riches en fructanes (oligosaccharide faisant partie des FODMAPs).

Le suivi d’un régime sans gluten induit de fait une réduction de l’apport en FODMAPS,…

Or, il est montré qu’en réduisant les FODMAPs dans la diète de personnes qui se disent sensibles au gluten, les symptômes qu’elles attribuaient au gluten s’estompaient aussi.

La question qui se pose est donc :

intolérance  GLUTEN OU FODMAPS ??? 

 

L’amélioration des symptômes avec un régime pauvre en gluten pourrait être attribuée à tort à la réduction de l’apport en gluten. Elle est peut-être en fait la conséquence d’une réduction de l’apport en aliments fermentescibles, les FODMAPS

Et si, finalement, la suppression des éléments riches en blé améliorait les patients non par le fait de la suppression du gluten mais de la suppression des aliments fermentescibles, les  FODMAPS ……………

http://www.cris-et-chuchotements.net/2015/05/douleurs-abdominales-ballonnements-et-si-c-etait-une-question-de-fodmaps.html

Puisque, dans les aliments riches en blé, sont présents aussi des glucides fermentables reproduisant les mêmes symptômes chez certains patients ++++

 

Et comme les réponses actuelles sont partielles:

rappel de règles de bon sens en cas de régime

 

Comme on n’est pas certain de savoir encore parfaitement répondre à cette question de la sensibilité au gluten, rappel d’une règle de bon sens : L’observance d’un régime sans gluten n’est pas le même en cas d’intolérance ou de sensibilité +++

Drastique en cas de maladie caeliaque, le régime sans gluten est juste à adapter aux symptômes d’intolérance digestive en cas de sensibilité simple.. en attendant de nouvelles recherches.

 

———————————————————————————————————————-

United European J. Gastroenterol 2015 avril; 3 (2):. 160-165 non-coeliaque sensibilité au gluten: reconstituer le puzzle, Jessica R Biesiekierski et Julie Iven

Guandalini S, Polanco I : Nonceliac gluten sensitivity or wheat intolerance syndrome? J Pediatr 2015; 166: 805-11.

http://www.cris-et-chuchotements.net/2015/05/douleurs-abdominales-ballonnements-et-si-c-etait-une-question-de-fodmaps.html

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s