Quand un médecin fait déjà de la Télémédecine sans le savoir…

On dit qu’il y a plusieurs différences significatives entre consultation présentielle et consultation en télémédecine.  En particulier, une : l’absence d’examen clinique.

En effet, en téléconsultation, il n’y a JAMAIS d’examen clinique, en tous cas pas de palpation, ni d’auscultation (hors objet connecté)  cependant un examen visuel est possible.

Alors qu’en médecine présentielle, il y a TOUJOURS (théoriquement) un examen clinique. Ce qui ferait  toute la différence dans la relation médecin patient entre l’une et l’autre des modalités.

parcours de soin MD

En tous cas, le jeune homme de 25 ans vu  hier pour la première fois, s’est montré à la fois surpris et satisfait que je l’examine. Il venait de consulter préalablement son MG et une autre gastro, mais aucun des 2 n’avait jugé utile de l’examiner. Apparemment, le seul interrogatoire du patient les avait conduits à la conclusion que l’examen clinique n’apporterait rien de plus.

C’est exactement ce qui se passe en consultation de télémédecine. Au terme de l’interrogatoire d’un patient, on sait que l’on peut sans danger porter un diagnostic et donner un traitement sans mettre la main sur le patient. Si ce n’est pas le cas, on l’oriente vers une consultation médicale présentielle. 

Mais, en quelque sorte, ce patient avait donc bénéficié de 2 consultations « présentielles de télémédecine ».

Les 2 médecins qui n’avaient pas examiné le patient avaient raison sur un point. L’examen clinique n’avait pas d’intérêt diagnostic chez ce patient se plaignant de douleurs épigastriques atypiques. Je confirme son inutilité. L’examen ne m’a rien appris de plus que l’interrogatoire.

En revanche, les médecins qui ont reçu ce patient avaient faux sur un autre point. Le patient consultait de manière itérative, car il était inquiet. En ce sens mon examen, d’aucun intérêt diagnostic, présentait une réelle vertu thérapeutique. C’est clairement ce que recherchait le jeune homme en revenant  consulter. Car on ne va jamais chez le médecin pour rien, tel est mon credo. On a toujours mieux à faire à 25 ans que de prendre la peine et le temps d’un rendez-vous médical. 

Les 2 médecins préalablement consultés n’ont pas pris la peine d’examiner le patient, se basant sur leur jugement initial de l’inutilité de l’examen. Or, clairement, un patient qui vient voir physiquement un médecin s’attend à être examiné, pas seulement interrogé.  Ce n’est  pas une perte de temps. Dans ce cas précis, l’examen clinique en consultation m’a permis d’entrer dans sa sphère privée, et d’ouvrir son mental au message que je voulais faire passer, sur la bénignité de ses troubles.

En un sens,  les médecins ont donc bien raison : l’examen clinique est un grand plus de la consultation présentielle.  Mais à ce titre il est (devrait être) incontournable. Même si le médecin estime que l’examen n’apportera rien de concret (vrai dans de très nombreux cas, notamment en digestif). Examiner n’est pas une perte de temps. Examiner est rapide. Quand j’étais interne, mon patron m’a appris à examiner en entier un patient. En quelques secondes : moins de 1 minute. Palpation abdo,  auscultation abdo et/ou cœur, aires ganglionnaires du cou, recherche d’œdème des MI. Pourquoi tout cela en gastro, ai-je osé demander un jour à ce grand homme intimidant. Parce qu’ainsi, j’ai regardé le patient de la tête aux pieds. Et j’ai appris plein de choses cliniques et pathologiques sur son état général.  Et aussi, parce que le simple examen clinique de consultation a parfois une vraie valeur thérapeutique.

A l’inverse de la consultation présentielle,  en télémédecine, le patient n’attend pas ce temps de contact de la main du médecin. Il est préparé à l’absence d’examen clinique, et plus attentif aux autres signaux d’échange en provenance du médecin, plus attentif aussi à répondre de manière précise à l’interrogatoire du clinicien. Une très bonne consultation est possible en télémédecine sans examen clinique.

L’absence d’examen clinique,  argument phare des nombreux réticents de la télémédecine, ne serait donc pas le point bloquant d’une consultation en télémédecine, puisque le simple interrogatoire de consultation permet dans un certain nombre de situations de savoir que l’examen n’aura pas d’utilité clinique, et donc de ne pas réaliser d’examen.

Pour conclure : Une consultation présentielle sans examen clinique (parce qu’on a cliniquement jugé l’examen inutile au diagnostic),  c’est en quelque sorte faire déjà de la télémédecine ! C’est de la « téléconsultation présentielle » !  Un pas vers l’acceptation de la télémédecine quand on réalise qu’on la fait déjà  sans le savoir !

3 réflexions sur “Quand un médecin fait déjà de la Télémédecine sans le savoir…

  1. Très vrai. Même si je nuancerais sur un point. L’examen clinique n’a rien appris de plus, mais parce que sa normalité a permis en fait d’écarter certains éléments : une masse, une hépatomégalie, un subictère, etc…

    J'aime

  2. Vous le saviez par probabilité. Cependant, mais c’est peut-être hors sujet, vous n’êtes pas passé à coté de pathologies de découverte fortuite, si de telles pathologies existaient (lésion dermato, masse abdominale etc.) . En ce sens, l’examen clinique – même s’il n’apporte pas d’élément décisif dans le diagnostic de la pathologie qui amène le patient, peut dépister d’autres pathologies, voire redresser le diagnostic lorsque le patient consulte pour un « faux prétexte »

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s