Un Mail DGOS de 10 pages aux médecins: j’ai mal à ma médecine…

Vient un moment ou il n’est plus possible de faire comme si de rien n’était.

Après des décennies à se dire qu’une solution à la formation de bien trop peu de médecins allait venir toute seule, un beau matin, tout bascule et la réalité apparait dans sa vraie dimension aux innombrables administratifs bureaucratiques auto-engendrés par le système qu’ils ont contribué à mettre en place puis à patiemment couler.

Bien perchés dans leurs pompeux ou miteux bureaux, du ministère aux ARS, sans oublier la DGOS, et tous les sigles créés pour résoudre les difficultés non résolues par les sigles déjà existants… bien perchés donc, à l’abri du vent, de la pluie et des patients, ils réalisent que le bateau prend l’eau de toute part et qu’il faut faire une action d’éclat.

Depuis des années, les médecins râlent mais écopent. Et les autres soignants écopent à leurs côtés. Mais diantre, que se passe t’il. Non seulement le nombre d’écopeurs docteurs baisse, sans relâche, non seulement les médecins écopeurs restants sont de plus en plus âgés, et ont le bras fatigué, mais en plus, les infirmières, ces dévouées nurses toujours prêtes à aider, quittent le navire, et baissent les bras.

Qui donc va écoper, si les bras viennent à manquer.

Mais c’est tout trouvé !

Les médecins sont une profession réglementée et sous serment. Et les soignants et autres paramédicaux font partie des rares qui se laissent facilement culpabiliser au nom du mal qu’ils font à autrui quand ils n’assurent pas leurs responsabilité. Alors profitons de cette si rare conjoncture, si peu de métiers sont sensibles à cette notion de responsabilité de l’autre. De plus, les médecins portent la lourde responsabilité de la santé de leurs patients, qui sont parfaitement en droit de se plaindre d’eux quand ils n’ont pas tenu leurs engagements. Trop beau pour ne pas en profiter

 Alors, en fait, après une série de x réunions de sous-sol ou de sommet, ils ont une nouvelle idée, les bureaucrates.

Une idée simple.

Continuons à demander aux médecins d’écoper, de gérer les conséquences de notre inconséquence.

Et puisqu’ils sont moins nombreux, et fatigués, demandons leur quand même, envers et contre toute graine de réflexion, d’écoper encore plus, le jour la nuit le dimanche et les jours fériés. Autrement dit, d’assurer une permanence de soins qu’ils peinent à faire, parce que le soir ils ont des heures de travail au compteur et ont envie de rentrer chez eux, au lieu d’être disponibles pour des patients souvent plus pressés qu’urgents, et que ça ne choque pas d’aller voir un médecin en pleine soirée ou nuit parce qu’on les a convaincus qu’ils doivent assurer ce service, qui relèverait du service public.

Pour obtenir que les médecins écopent plus, c’est très simple: il SUFFIT DE PONDRE UN MAIL DGOS URGENT DE 10 PAGES

SUIVI QUELQUES HEURES PLUS TARD D’UN RECTIFICATIF, DE 10 PAGES EGALEMENT, dont il faut tout lire pour voir quelle ligne a changé dans le rectificatif. Mais oui, ils ont bien le temps de lire 10 pages tout en consultant.

Dans ce mail DGOS, Faisons des propositions dont il m’est impossible à la lecture du texte, de donner un adjectif qualificatif. J’aimerais rencontrer la ou les personnes qui pensent avec sincérité qu’il s’agit la de propositions constructives, pour qu’elle m’explique le sens qu’elle donne à cet adjectif. Pour ma part, je serais plutôt consternée de la vacuité de ces propositions, en terme d’amélioration de la situation actuelle.

Pour résumer les propositions:

  • Lançons une enquête
  • Activons des cellules de suivi
  • Empêchons le plus possible les soignants qui démissionnent de partir
  • Essayons de trouver des doqueteurs, des juniors qui voudraient rester à l’hopital
  • Allons chercher poliment les libéraux pour travailler à l’hosto, puis, s’ils ne viennent pas, cherchons moins poliment, donc sur réquisition
  • Allons chercher des médecins dans l’hôpital d’à côté, pour les mettre la ou il en manque, autrement dit déshabillons Pierre pour habiller Paul
  • Au pire, faisons revenir les retraités
  • Payons-les médecins et paramédicaux un peu plus pour leurs heures sup
  • Indemnisons les congés qu’ils ne prendront pas

Et voila, hé, sont contents les administratifs, zont pondu leur papier, avec leurs solutions. Bien entendu, les concernés ne sont pas sollicités pour donner un avis avant. Car, tout ça bien sur, sans aucune consultation des professionnels de santé concernés, ils n’en prennent même plus la peine, de faire des concertations.

Ils décident dans leur coin de colmater avec un peu de colle des trous d’obus dans la carlingue, et de demander toujours aux mêmes de continuer d’écoper.

A cela s’ajoute les récentes propositions politiques d’obliger les jeunes médecins à exercer 3 ans dans un désert médical. Ce qui en réalité ne devrait pas être si compliqué, le désert ayant atteint la capitale

N’oublions pas que ces mêmes élus, d’un côté pronent l’exercice regroupé en maison de santé, et de l’autre côté pleurent quand la maison de santé est dans la ville d’à côté, se mettant alors tout soudain à vouloir UN médecin, même seul, parce que leurs électeurs réclament le bon samaritain, d’autant qu’il n’y a plus de curé, de poste, d’épicerie, ni de distributeur de billets, et qu’un médecin est le seul ingrédient que l’on pourrait vraisemblablement un jour obliger à venir. Enfin, sur ses 24 de boulot quotidien, on le mettra quand même aussi à l’hôpital du coin si besoin, selon ce qu’indique le DGOS urgent.

Et bien sur, continuons à laisser croire aux patients que tout ce petit monde de soignants est fautif de ne pas vouloir continuer à se défoncer, à se dévouer pour la moindre de leur demande et qu’ils peuvent continuer à prendre sans se poser de questions ce bateau qui coule déja en partie.

On est dans le bas de la vague.

Ca ne va pas dans le soin, ça ne va pas chez les soignants, on en manque, ils sont éreintés

La seule solution proposée c’est de presser le citron de ceux qui survivent encore ?

Il serait temps de ne prendre la situation autrement en main qu’en la noyant dans les messages DGOS de 10 pages suivis de rectificatifs de 10 pages moins une ligne, mais on ne sait pas laquelle, 3 heures plus tard

J’ai mal à ma médecine, la…

11 commentaires sur “Un Mail DGOS de 10 pages aux médecins: j’ai mal à ma médecine…

Ajouter un commentaire

  1. Merci d’avoir mis les mots exacts sur ma frustration à la lecture de scandaleux pavé.
    Réduire les effectifs, épuiser les soignants, et au lieu de constater leurs échecs, on propose de la merde nécessairement insuffisante et on se permet de conclure au besoin de réquisitions…
    Et après ils nous pondrons une enquête aussi idiote qu’inutile pour comprendre pourquoi tout le monde quitte le navire…
    Je crois que je vais être malade si on me requisitionne 🤣
    Je les aurai bien laisser à leur masturbation intellectuelle, au terme pompeux et dans les faits d’une efficacité parfaitement illusoire, mais c’est qu’ils deviennent très autoritaire ces communistes, à encadrer si rigoureusement une profession déjà mise à mal…
    Je partage ton message à fond !!

    Aimé par 1 personne

    1. (Des communistes au gouvernements ????
      Merde alors, j’avais pas vu ! )
      J’ai partagé l’article sur fb. Je suis de tout cœur avec vous Cris et chuchotements…Notre système de santé est mis à mal depuis des décennies et ça continue… Pfff

      Aimé par 1 personne

  2. Je suis médecin retraitée, j’ai fait toute ma carrière à l’hôpital, et ce que vous dites est vrai, mais:
    Quand j’étais interne à Chambéry, les médecins libéraux refusaient d’assurer un tour de garde, donc on avait un défilé de tout et n’importe quoi aux Urgences, au détriment de ceux qui en avaient vraiment besoin….
    Pourquoi les jeunes médecins ne seraient pas affectés quelques années là où on a besoin d’eux? C’est le cas pour les juges, les profs,…Ce serait une manière de rendre à la collectivité l’investissement public pour assurer la gratuité des études. Si, si, je maintiens: allez voir combien coûte une année d’études aux USA ou plus près en Angleterre.. Tant d’élus sont médecins et c’est une corporation conservatrice et souvent rétrograde, plus soucieuse de ses intérêts personnels que du bien commun …

    J'aime

    1. Pourquoi les jeunes médecins ne seraient ils pas affectés quelques années là où on a besoin d’eux, pour rendre à la collectivité?

      Ça existe déjà, et ça s’appelle l’internat 🙂, et ce pendant 3 à 5 ans en fonction de la spécialité.

      Mais vous le sauriez déjà si vous étiez réellement un médecin retraité de la fonction publique hospitalière et pas un troll venant bêtement répéter des arguments ineptes maintes fois entendus depuis des années.

      J'aime

    2. Parce qu’un jeune médecin à 30 ans. Un conjoint, une famille, des enfants. Donc c’est beaucoup plus compliqué que pour un jeune prof. D’autre part, le jeune médecin à déjà donné pendant tout son internat !!

      J'aime

  3. Il me semblerait juste de ne pas déconnecter les décisions administratives à la couleur des différents gouvernements. Si on place des idéologues libéraux, on finit avec une politique qui lui correspond. Voilà les ravages de la politique libérale appliquée à la santé publique. Alors, si on a tous mal à notre système de santé, faudrait commencer par regarder pour qui on vote. En particulier ceux qui diminuent ou ont déjà diminué le nombre de lits, de budgets, de soignants dans le public.

    J'aime

  4. Tu as entièrement raison!
    Destin de merde pour les patients… et pour les médecins qui ont une pression de fou et doivent refuser des patients potentiellement « graves »…
    C’est ce refus qui me frustre le plus mais tout les jours (10h en moyenne)+ astreintes de week-end, je ne peux pas voir de patients le dimanche!!!
    C’est la merde!
    Merci pour ton message!!!
    Amitiés
    Hugues MT

    Aimé par 1 personne

  5. juste un commentaire: les medecins ne sont pas « officiellement » sous serment. Le serment d’Hippocrate n’a aucune valeur juridique, legale &co, au contraire du code de déontologie.
    Mais dès que quelquechose ne va pas, on nous ressort le serment « d’hypocratte » (toute orthographe possible sur le net) sans que les gens ne sachent ce qu’il contient ni qu’il n’a aucune valeur. (pour rappel le serment initial jure par Apollon, interdit l’IVG et la chirurgie!!)

    J'aime

  6. Cet article est le total reflet de la réalité !
    L’installation forcée de jeunes médecins dans des déserts médicaux, je n’y crois pas : quel travail pour les conjoints non médecins ?
    Avant de réquisitionner les médecins de terrain, pourquoi ne pas mettre au travail ceux des ARS? Nous aurions alors moins de conneries à lire !
    Lorsque j’ai lu ce document urgent de la DGS, j’ai cru lire un papier écrit par un patient délirant, nos gouvernants delirent vraiment….
    Perso, l’épisode COVID m’a dégoûtée, j’ai démissionné de l’hôpital et du corps des praticiens hospitaliers ( cette dernière a été acceptée en 15j ) , je travaille dans une clinique privée où il y a aussi un manque de médecins, mais la direction fait de son mieux ( je vis dans un désert médical) , et petit à petit je change de métier : micro entreprise de couture, et je n’ai que 57 ans….
    La médecine est un merveilleux métier, les gouvernements successifs m’ont tué…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :