ville hopital

Je dois faire un édito pour un journal, thème ville hopital réseaux. Voici un premier rédactionnel, mais mon inspiration est en fatigue. Des idées, SVP, en avez vous à me proposer ?



 » La  santé éclatante et insolente de la jeunesse, se croit éternelle. Puis la santé prend une vision longitudinale, de longévité plutôt. Elle se perd un peu, beaucoup, va et vient, passant toujours par les chemins de la médecine.

Vient alors la santé considérée dans sa dimension transversale. Celle du parcours de soins. Le jour ou la santé s’estompe, voici le système de soins qui entre dans la rubrique des exigences.  Celui dont la santé devient horizontale, dans un lit d’hôpital, découvre soudain les problèmes de circulation…  

 Tant de médecine et  tant de médecins pour un unique patient et sa seule santé. Le  parcours d’un malade  dans la transversalité de  la médecine de ville à la médecine hospitalière et vice versa, c’est en même temps un flux d’échanges d’information autour de son cas.

La médecine de ville est  indispensable, celle de l’hôpital est parfois capitale. Le plus gros client de la médecine hospitalière  est la médecine de ville et vice versa.
Les approches et les procédures sont morcelées, et travaillées en autonomie. C’est décourageant et parfois inefficace, tant pour le patient que pour les médecins. L’information ne circule pas mieux que les voitures sur l’A86 aux heures de pointe.  Chacun y allant de sa spécificité, de son urbanisme médical personnel, qui veut organiser son propre espace et sa circulation. Médecine de ville et médecine hospitalière, privé et public…. Des intervenants traités différemment qui devront tous offrir les mêmes traitements aux malades.

 Pour le patient, le maillage est dense, le risque de se faire prendre dans les filets est réel. Toutes ces mailles, ça ne leur dit rien qui vaille. Les chemins qu’ils empruntent s’apparentent parfois à l’opacité de la savane africaine. .

Ou est la référence. Ou est le bon sens ?  Il est indispensable de mieux organiser l’espace et la circulation. Les 2 formes de pratiques médicale, ville et hôpital, forment une ossature. Les réseaux se tissent, fils de soie ténus mais solides que le patient pourra emprunter sur le chemin de sa santé perdue ou retrouvée, ou conservée. A condition que ces réseaux soient les garants de la lisibilité du parcours de sa maladie

 Comment faire la synthèse. A l’échelle de son village, de sa ville, puis de la ville d’à coté. Petit à petit, construire un maillage solide, créer le site, afficher les mentions légales, réaliser un co-marquage, protéger les données personnelles, les droits d’auteur, le droit à l’image, faire circuler le courrier électronique, consulter les citoyens,  les collectivités locales, et régionales, les ordres nationaux, et internationaux, la place des associations, les rapports entre les acteurs.


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s