pourquoi l’aidant aide encore et toujours…

Retour  sur la problématique de l’aidant

 

En effet, à intervalles, plus ou moins réguliers, je viens plaquer sur ce blog les cris de rage et de désespoir de l’aidant familial coincé.

 

A ces soupirs, ces déchirements, des correspondants perçoivent ma détresse. Dans l’immense univers de la toile, ils sont attentifs à mes écrits, et je les en remercie. Ils sont bien intentionnés à mon égard, et me conseillent avec leur cœur généreux, la fuite vers des cieux plus cléments pour moi.

 

Ces messages d’empathie sont emplis des meilleures intentions du monde, voire de compréhension de ma détresse. J’en ai conscience et d’ailleurs je les apprécie ,, et j’en remercie du fond du coeur les auteurs. Seulement ,  s’ils me font une nouvelle fois réfléchir ils me conduisent inéluctablement à décider une nouvelle fois, comme à chaque fois, de rester..

 

Etre le compagnon d’une personne handicapé, c’est vivre dans une prison dont on ne peut s’échapper si facilement . L’éloignement ne résoudrait probablement rien à l’affaire…

 

Certes, l’affection a été dissoute dans les soucis, mais  surtout dans le non retour de la part de la personne ainsi assistée. Certes, on a envie de fuir, d’aller trouver la sérénité, d’aller jouir d’autres activités plus souriantes, de penser enfin à s’occuper un peu de soi. De soi d’abord, et pas de l’autre.

 

Hélas, partir n’est pas la solution. La séparation d’un couple qui ne s’entend plus est sans commune mesure avec le départ du conjoint d’un handicapé. Se séparer d’un conjoint handicapé, ce n’est pas laisser derrière soi les aimables souvenirs d’une mésentente conjugale. Quitter un handicapé est porteur d’un himalaya de culpabilité. Comment quitter quelqu’un dont on sait par expérience, qu’il ne sera pas capable de se gérer seul ?  

 

Abandonner un conjoint avec qui l’on a partagé les années de bonheur, et dont on refuse d’assumer les années de galère ? Ne pas faire face à une telle responsabilité n’apporte surement pas la tranquillité.  

 

Bien sur, on  peut tout de même s’éloigner. Mais moi, personnellement, si je faisais ainsi, je sais d’avance ne jamais trouver la sérénité. Poursuivie pour toujours par la conscience bien trop aiguë d’un acte de totale lâcheté. Avec pour seul résultat, de rester tout autant dans la souffrance.

 

Dans tous les cas, il n’y a pas de sortie optimale pour l’aidant. Il vit désormais aux côtés d’un être qui n’est plus celui qu’il était, qui est à mille lieues du compagnon qu’il a aimé,  ne le soutient plus , et auprès de qui il ne pourra plus vivre la vie qu’il s’était imaginée… Seul vrai problème : ce compagnon n’y est pour rien, n’a pas demandé à se trouver dans cet état, est diminué, et ne peut rien faire pour changer ça.   

 

Alors l’aidant reste, et aide, prisonnier de sa fidélité à l’aimé d’autrefois, et de sa propre conscience.

5 réflexions sur “pourquoi l’aidant aide encore et toujours…

  1. Que ces deux derniers articles sont émouvants. J’aurai sans doute fait le même choix que vous en restant aussi même si je ne peux l’affirmer ne vivant pas cette situation.. Mon amour est décédé dans un accident de moto, j’ai longtemps pensé que j’aurai tant aimé qu’il fusse tjrs là même handicapé jusqu’au jour ou je me suis demandée si c’est ce que lui aussi aurait préféré si on lui avait demandé son avis… Que la vie est lourde quelques fois.. L’absence de l’autre si insupportable par moment… Votre époux est comme absent même s’il demeure là… Je vous comprends, Bien à vous. Carole M

    J'aime

  2. « jusqu’à ce que la mort vous sépare » ….Quelquefois , il vaut mieux mourir sur le champs que de rester handicapé….Pour les deux parties:celui qui reste ,handicapé n’est pas heureux, et son époux vit l’enfer…. Ce que j’écris parait sans doute violent , mais n’est ce pas la réalité?

    J'aime

  3. on a le droit de quitter une personne handicapée, c’est encore comme ça qu’on la traite comme une personne ordinaire, et on n’a qu’une vie ca parait terriblement égoïste comme ca mais vous serez toujours dans cette configuration où on ne pense pas à vous, alors, faites le vous même, et que celui qui vous juge vienne prendre votre place, moi je suis en train de quitter un mari handi depuis très longtemps, j’organise mon départ afin qu’il puisse faire ses courses, que toutes les facilités que ma présence lui offrait soit plus ou moins compensées, mais même si ca me prend plus de temps à le quitter qu’un autre, je pars, parce que parfois sur certains comportements envers d’autres femmes il n’était pas handicapé mais terriblement ordinaire… hélas… personne ne peut vous obliger à vivre ca. partez si vous estimez que c’est mieux, et pensez à vous en premier.

    J'aime

  4. Ce sont les allers retours incessants entre passé, avenir, présent qui ont raison de nos réserves d’énergie . je connais le chemin , je le fais régulièrement… mon truc de combattant?: Se recentrer sur soi dans l’ici et maintenant …on en parle si tu veux évidement .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s