Tromperie journalistique sur la e-santé

Chère Madame Josée Blanc Lapierre, votre reportage intitulé « Cybercondrie » au JT de France 2 du 13 novembre est navrant. http://www.youtube.com/watch?v=v0Q1AdV7Zzs&feature=youtu.be  Vous avez interrogé Mme Bartes, présidente d’une association de patients reconnue, Vivre sans Thyroïde, en la trompant sur l’objectif de l’interview. Votre reportage était censé « clarifier la notion de recherche d’information santé sur Internet ». Avant de reporter sur ce sujet, Madame, il eut mieux valu mettre au rebut vos idées préconçues. L’authenticité et la spontanéité de ceux que vous avez interrogés, et en particulier de Mme Bartès, vous a permis de les abuser aisément. Vous avez sélectionné dans vos interviews les quelques phrases clés allant dans le sens de vos conceptions, en utilisant à leur insu ceux que vous aviez sollicités, probablement dans l’unique but de faire du tape à l’œil dans un journal de 20 heures.


Qu’apportez-vous au journalisme en le pratiquant de cette manière ?. Le sensationnalisme journalistique ciblé sur le corps médical fait vendre depuis longtemps. Les soit-disants dérives des médecins et autres soignants sont votre pain quotidien. C’est pas glorieux, et ça fragilise la confiance des patients envers leurs soignants. Et voici qu’un autre filon bien polémique s’ouvre à vous, avec des proies faciles et fragiles… les patients. Si vous l’explorez de cette manière, ça promet.


La figure du malade imaginaire n’est pas nouvelle.  Cela vous interpelle que l’hypochondriaque cherche ses informations sur le web. Pourtant, de tout temps, la tendance maladive à chercher des causes à tout symptôme, même anodin, fait partie du faisceau diagnostique de l’hypochondrie. Cela vous parait t’il plus convenable d’avoir les 15 tomes du Larousse Médical comme livre de chevet ? Vous ne l’auriez pas filmé ..  Cybercondrie, ça sonne mieux. Tartiner un reportage de patients trop contents de se livrer à une caméra étant donné que personne ne leur prête autant d’attention, c’est la classe journalistique, ça.  


Les forums de patients apportent des solutions irremplaçables en terme de soutien et d’échange d’expériences. Avez-vous été faire un tour sur Vivre Sans Thyroïde avant de dire que Mme Bartes « se considère » comme une spécialiste des maladies de la thyroïde . En bonne journaliste que vous êtes probablement, vous devriez prendre la peine de vérifier vos informations et d’explorer vos sources. Le forum a pris de longue date l’initiative de s’entourer de médecins. A commencer par ma présence médicale au conseil d’administration, puis un  comité d’experts médicaux et chirurgicaux des maladies thyroïdiennes. Mme Bartes a effectué de nombreuses formations que l’on vous recommande : Education thérapeutique, Relation d’échange avec les patients.. . Elle est invitée en tant qu’intervenante à de nombreux congrès spécialisés, nationaux et internationaux.  


Chère Madame, ouvrir la porte du monde des e-patients, sans connaitre aucun des codes de cette pratique nouvelle et passionnante, c’est aussi critiquable qu’ouvrir un ventre sans avoir appris la chirurgie. Les médias sociaux ne changent pas la relation médecin/malade, ils la font évoluer.  C’est la fin d’une relation à sens unique. L’ouverture des millions de pages accessibles ne rendra pas les gens ni plus anxieux, ni plus malades. Seulement plus informés.  A l’ère du numérique, vous imaginez des médecins hyperconnectés jonglant sur le net avec votre  DMP et toutes les transmissions informatiques, et, face à eux des patients tout juste sortis des pages poussiéreuses du Larousse Médical ou de Maladie Magazine, et n’ayant cherché aucune information sur le Web ?

 

 Quoi que l’on fasse, les idées préconçues anéantissent la réflexion. Donner une image biaisée de la réalité, n’est pas informer mais désinformer. En matière médicale, les préjugés conduisent à de mauvais diagnostics, en matière journalistique à de mauvais reportages dont la seule finalité est le sensationnel. Le vôtre méritera largement le prix Citron du reportage sur la e-santé.

 

 

 

Dominique Dupagne a aussi écrit sur ce même sujet, car c’est lui qui avait été contacté par la journaliste. Merci Dominique!  Médecine 2.0, Journalisme 1.0 http://www.atoute.org/n/forum/showthread.php?t=170997

2 réflexions sur “Tromperie journalistique sur la e-santé

    1. Je ne connais pas ses traitements, quand bien même je les connaitrais, secret médical oblige. Pour toute information, taper son nom dans la recherche Google, et vous aurez surement toutes les réponses que vous espérez !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s