Réflexions en vrac sur l’état de la Santé

———————————

1- A vouloir concentrer les pouvoirs en santé , les gouvernements de gauche comme de droite ont mis à l’écart la communauté médicale.

2- A vouloir majoritairement cibler leurs actions autour des économies d’argent sur le court terme, les ministres de la santé sont passé les yeux fermés à côté des grands problèmes de la santé en France.

3- A croire que le seul besoin réel en santé publique était de dépenser moins en travaillant plus, les lignes d’action pilotées par les pouvoirs publics ont conduit en majorité à des impasses.

4- A ne pas avoir de vision prospective, les réformes n’ont pas fixé de cap ni d’objectif commun.

5- A force de dire que le système de soins était malade, les décideurs ont fait exactement ce qu’ils reprochent aux médecins : ils ont traité en mécanicien les symptômes, sans s’intéresser aux problèmes de fond, et en négligeant la prévention.

————————————

6- A ne pas s’adapter aux nouveaux paradigmes de la santé, les généralistes sont en passe de se faire voler leur pratique, via la téléconsultation et la délégation des tâches.

7- A vouloir à tout prix défendre la liberté d’honoraires libres parfois trop élevés, les spécialistes se sont fait confisquer les plateaux techniques, et sont devenus esclaves de groupes de santé qui ne cherchent qu’à faire du profit sur leur dos.

8- A ne pas prendre le temps de réfléchir à l’évolution des modes de vie et de consommation, les urgentistes se retrouvent à gérer une triste réalité de terrain, la bobologie et les gens pressés.

9- A se penser élite parce qu’ils gagnaient bien leur vie, les médecins se sont anesthésiés sur leur futur.

10- A accorder trop de concessions aux patients, les médecins sont devenus leurs obligés.

11- A tout accepter au nom de leur métier, les médecins ont perdu le ressenti des ondes de choc et ne se sont pas suffisamment méfiés.

12- A se sentir en sécurité parce qu’ils se consacraient au bien-être des autres, le corps médical n’a pas eu conscience que d’aucuns pensaient leur travail facile, et donc facilement rémunérable en monnaie de singe.

———————————

13- A ne pas avoir considéré l’explosion des maladies chroniques et des polypathologies, les décideurs de santé sont devenus de simples adorateurs de la formule « parcours de soins », mais n’ont rien mis concrètement en pratique autour de ce paradigme.

14- A tout vouloir planifier, les planificateurs ont créé des outils, des outils, encore des outils, mais des outils incapables de gérer la vraie vie.

—————————-

15- A ne pas s’être fixé de règles pour créer un contre-pouvoir au message clair, les syndicats médicaux se sont positionnés majoritairement en refus et protestations.

16- A faire sans cesse de la pub pour les nouvelles technologies, les communicants ont poussé les patients à devenir des consommateurs de soins.

————————–

17- A toujours s’obséder sur le fait que la santé est trop chère, les patients n’ont pas ciblé leurs véritables attentes.

18- A réclamer d’avoir un médecin toujours disponible pour eux au moment ou ils le voulaient, à refuser qu’un patient grave soit prioritaire sur un patient bénin, les patients ont embouteillé le système de soins.

19- A la simple évocation de consultations non payantes, les patients ont été et sont encore victimes d’une hypnose quasi généralisée.

20- Aux doux bercements de tournures sans substance « Faciliter l’accès aux soins », « Réduire des coûts », « Eviter les renoncements aux soins », les patients ont confié leur avenir à des mutuelles dont la première action est de plafonner les remboursements de leurs soins.

——————————-

21- La déstructuration de la médecine libérale est planifiée de longue date, elle n’arrive pas par le hasard d’une Marisol . MST a juste profité d’un boulevard sans obstacle pertinent pour pouvoir tranquillement accélérer le planning de l’inéluctable.

22- Vous serez ravis d’apprendre que toutes ces mesures n’affecteront en rien la retraite dorée de la ministre qui a liquidé cette affaire avec son air permanent de s’autocongratuler d’être si bonne pour executer les médecins la loi

—————————-

23- Si vous continuez de penser que les médecins font de parfaits boucs émissaires pour l’ensemble de ces mesures drastiques, vous avez tort. Rapidement, vous allez constater que les dernières mesures gouvernementales vont finir d’achever la médecine libérale française, déjà largement exténuée.

24- Vous serez alors certainement ravis de comprendre que la hausse inéluctable des dépenses n’était pas le fait du corps médical, mais du changement de fond de la demande, liée au vieillissement, aux comportements à risques, et à l’explosion des maladies chroniques.

25- Vous serez alors certainement ravis de comprendre que les dépenses de santé augmentent non pas parce qu’elles dérapent à cause des médecins, mais juste parce que la demande de soins est en progression.

26- Vous serez alors certainement ravis de constater qu’un médecin de ville en moins, ce sont des dizaines de patients laissés pour compte, et que le sens donné au mot accès aux soins n’était pas celui que vous aviez imaginé.

27- Vous serez alors certainement ravis de constater au jour le jour à quel point les réformes de santé se sont faites sans objectif commun à moyen et à long terme autour de la santé en France.

28- Vous serez alors certainement ravis de comprendre que les entités qui veulent s’emparer du jeu financier ont tout intérêt à laisser l’ensemble s’effondrer, pour ensuite remettre un bouchon dans le fond de la baignoire, et mettre tout le système sous emprise dans un même bain.

29- Vous serez alors certainement ravis de comprendre que lorsque le médecin deviendra une denrée rare, il vous en coûtera forcément plus cher même si vous ne donnez pas d’argent directement au praticien.

30- Vous serez alors certainement ravis de comprendre que le problème n’est pas seulement le chaos actuel. Le problème c’est qu’au delà de la déstructuration calculée de la médecine libérale, il n’y a pas de projet concret.

————————————–

31- Vous serez alors certainement ravis de vérifier qu’en avançant aveuglément, tout en émettant des messages brouillés, on ne pouvait aller que de déconvenues en déconvenues

32- Vous serez alors certainement ravis de comprendre qu’une fois anéantis les médecins, l’effort va devenir vraiment collectif pour toute la société.

33- Vous serez alors certainement ravis de vous plier aux parcours de soins décidés non par vous-mêmes mais par des décideurs de salon agissant au nom de l’intérêt financier de l’état.

———————————-

34- Quand des médecins proches des politiques affichent clairement dans les médias leur satisfaction de voir détruite enfin la médecine libérale telle qu’elle était jusqu’à ce jour, quand ils affichent clairement leur satisfaction de constater que les revenus des médecins seront sous tutelle, il devient inutile de continuer à pleurer sur un passé regretté.

35- Il faut que les médecins et les patients, après avoir compris que la situation actuelle est l’aube d’un nouveau paradigme en matière de santé, cessent de se contenter de subir .

36- Il faut que nous, médecins, comme patients, soyons associés dès le stade de la préparation et de l’élaboration des projets.

37- Il faut que médecins et patients prennent rapidement un rôle dans la prise des décisions.

38- Il faut que les médecins, accompagnés des patients prennent une vraie place dans l’élaboration des projets d’évolution du système de santé.

39- Il faut que nous, médecins comme patients, arrivions à faire comprendre que la véritable santé publique est un objectif de moyen et long terme qui prime sur le rationnement et la vision à très court terme de ceux qui imposent des actions sans concertation.

40- L’évolution est inéluctable, à nous, médecins et patients, de savoir la prendre en main, et de ne plus se laisser faire par des décideurs dont l’objectif premier reste quoi qu’ils fassent et quoi qu’ils assurent, de présenter des comptes positifs à la fin de leur mandat.

41- Parler seulement pour se rebeller, ne pas être force de proposition, ce serait assurer la victoire de ceux dont l’unique vision est financière.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. » Bertolt Brecht

« Ce que l’on appelle échec n’est pas la chute, mais le fait de rester à terre. » Mary Pickford

Une réflexion sur “Réflexions en vrac sur l’état de la Santé

  1. Le problème c’est que le citoyen n est absolument pas investi dans ce débat ! Il y a un déficit majeur de démocratie dans la gouvernance de la santé . Les mesures sont la pluspart des mesures administratives . Pour ma part le débat sur la santé est l Alpha et l Oméga ( j exagéré juste un peu ) pourquoi ! Notre système de sante est un phare pour les citoyens dans ses moments difficiles. La medecine française a ses qualités ( qui partirait se faire soigner une pathologie importante a l étranger ), ses défauts et des lettres de noblesses ( les medecins français sont cotés dans les autres pays ). La santé est source de travail , de croissance , de justice sociale, d innovation pour l humanité . Enfin elle a un coût qui pèse sur la compétitivité des entreprises et de la nation ( dans un contexte de mondialisation et de chômage de masse est primordial)Elle est une des pierre angulaire de notre économie ( directement ou indirectement) ! Et pourtant aucune mesure et réflexion de fond ! On juxtapose les mesures ( souvent qui s opposent ) en fonction des modes du moment ( rien n est véritablement pensé, les financeurs privées profitent des idées du moments l occasion fait le larron c’est tout) . Le système n était pas malade , on l a rendu malade. Nous avons un État et des politiques suicidaires ! A titre personnel , il est hors de question que je sois le mendiant des financeurs et que nous soyons les seuls à risquer notre peau juridique !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s